La DGSN lance des cellules de prise en charge des femmes victimes de violences

DR.

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) s’est dotée de cellules de prise en charge des femmes et des filles victimes de violences, une mesure qui intervient dans le cadre de l’accompagnement de la mise en oeuvre des dispositions de la loi 103-13 du 22 février 2018 relative à la lutte contre les violences faites aux femmes.

Ces nouvelles structures, présentées jeudi à l’Institut Royal de police à Kénitra lors d’une journée d’étude sur la coordination intersectorielle de la prise en charge des femmes et des filles victimes de violences organisée, à l’initiative de la DGSN en partenariat avec ONU-femmes, visent à capitaliser sur l’expérience cumulée des cellules d’accueil des femmes victimes de violences, créées en 2007 au niveau des services de la police judiciaire, tout en les recadrant pour se conformer aux nouvelles dispositions prévues par la loi 103-13.

 

Lire aussi: Skhirat: un pharmacien tue sa femme, tire sur son beau-frère et se suicide

 

Il s’agit d’une révision d’une manière globale et structurelle des anciennes cellules pour qu’elles deviennent des structures intégrées garantissant le soutien psychologique, le conseil, l’encadrement et le traitement des doléances et des plaintes, au lieu d’être uniquement des unités sécuritaires chargées de recevoir et traiter ces plaintes.

Ces nouvelles structures sont pilotées par une cellule centrale de prise en charge des femmes victimes de violences qui a notamment pour missions d’analyser les données recueillies, de formuler des recommandations, d’encadrer, d’orienter, d’élaborer et d’éditer des guides et des manuels, ainsi que de programmer des formations initiales, continues et spécifiques.

Elle a aussi pour missions de coordonner l’action de la DGSN au niveau interdépartemental avec les organismes étatiques et la société civile, de développer des partenariats avec les parties prenantes, de mutualiser les moyens et de coordonner les actions entreprises.

Initiée avec le soutien du gouvernement canadien, cette journée d’étude a été marquée par la présentation d’exposés sur les nouvelles dispositions de la loi 103-13, ainsi que sur la mise en place des cellules de prise en charge des femmes et filles victimes de violences relevant de la DGSN.

 

Lire aussi: Le Maroc, 2e pays arabe où les femmes se suicident le plus, selon l'OMS

 

Les débats ont porté aussi sur les circuits de prise en charge des femmes et des filles victimes de violences avec la participation des représentants du ministère de la Solidarité, de la Femme, de la Famille et du Développement social, du ministère public, du ministère de la Santé, du ministère de la Jeunesse et des sports et de la Gendarmerie royale.

Au menu de cette rencontre figurent également la présentation des normes et des standards internationaux en matière de coordination des services de prise en charge des femmes et des filles victimes de violences et des discussions autour des défis de la coordination intersectorielle de la prise en charge des femmes et des filles victimes de violences.