DGSN: arrestation de plus de 420.000 individus dans des opérations sécuritaires

Un total de 420.348 individus ont été arrêtés dans les opérations sécuritaires menées par les services et brigades de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) depuis le début de l’année jusqu’à 15 septembre, selon des chiffres présentés jeudi à Salé par le directeur de la Police judiciaire, le préfet Mohamed Dkhissi.

Dkhissi a indiqué que sur un total de plus de 420.000 personnes arrêtées, 331.252 ont été interpellées en flagrant délit et 89.096 autres faisaient l’objet de mandats de recherche dans des affaires à caractère pénal et délits divers.

Le nombre des individus appréhendés s’est inscrit en hausse de 8,23% par rapport à la même période de l’année précédente, a-t-il précisé, lors d’une conférence de presse consacrée aux efforts déployés en matière de lutte anti-criminalité et de vérification des informations qui circulent sur les réseaux sociaux.

 

Lire aussi: Aéroport Mohammed V: arrestation d'un Italien recherché par les autorités judiciaires belges (DGSN)

 

Il a souligné qu’au cours de la même période, le nombre des affaires liées à des tentatives avortées de trafic de drogue a nettement progressé de 40%, notant qu’une augmentation très significative de 50% a été observée concernant le nombre d’individus arrêtés, pour un total de 94.010 dont 308 étrangers.

La même période de l’année écoulée a été marquée par l’arrestation de 62.839 personnes dans des affaires de drogue. Selon le responsable sécuritaire, des quantités substantielles de divers types de drogue ont été saisies, grâce aux efforts fournis conjointement par les services de la Sûreté nationale et de la surveillance du territoire national.

En effet, il a été procédé à la saisie d’une quantité totale de 112,138 tonnes de haschich et dérivés, 1.161.000 substances psychotropes, 44 kilogrammes et 32 grammes de cocaïne, en plus de 6 kg et 402 grammes d’héroïne. En outre, il y a eu un accroissement considérable du nombre de substances psychotropes saisies au premier semestre de 2019, avec plus de 554.390 substances supplémentaires, soit une hausse exponentielle de +91%.

Ces résultats significatifs sont le fruit des opérations conjointes menées par les éléments de la Sûreté nationale et les services de surveillance du territoire national, compte tenu du danger que représente ce type de drogue à l’origine de nombreux crimes violents.

Il a été aussi procédé au traitement de 4.042 affaires liées à la migration illégale qui se sont soldées par le démantèlement de 36 réseaux criminels, l’arrestation de 301 organisateurs d’opérations de migration illégale, la saisie de 2.026 pièces d’identité ou de documents de voyage falsifiés, ainsi que l’arrestation de 22.747 candidats à l’émigration illégale, dont 16.245 étrangers.

D’autre part, a poursuivi le responsable, 311 affaires de chantage via internet ont été enregistrées durant les premiers mois de l’année en cours, contre 321 affaires durant la même période de l’année écoulée, en baisse de 3,12%.

Quelque 219 individus ont été appréhendés dans le cadre de ces mêmes affaires, tandis que le nombre de victimes a avoisiné 316 personnes, parmi elles 112 sont de nationalités étrangères.

Les indicateurs relatifs à la criminalité en milieu urbain révèlent clairement, chiffres à l’appui, une tendance sensible à la baisse des cas recensés de crimes violents dans les différents Préfectures de police, particulièrement à Casablanca, Rabat, Fès, Salé, Laâyoune et Meknès.

 

Lire aussi: la DGSN fait le point sur la situation sécuritaire à Casablanca

 

Tout en étant soucieuse d’interagir avec les attentes des citoyens et de traiter positivement et avec célérité les appels des citoyens, y compris ceux à caractère sécuritaire publiés sur les réseaux sociaux, la DGSN s’engage tout aussi à lutter contre ceux qui diffusent des Fake news préjudiciables au sentiment général de sécurité, diffusés via des vidéos montées de toutes pièces ou de fausses informations portant sur des accidents ou des crimes.

Des enquêtes judiciaires, a-t-il conclu, sont ouvertes sous la supervision du Parquet compétent, chaque fois qu’il s’agit de contenus violents truqués et destinés à des fins criminelles.