Les détenus du Hirak entament une grève de la faim le 17 juillet

116
Crédit DR

Les détenus des manifestations du Rif à Casablanca et Al Hoceïma se sont mis d’accord sur une grève de la faim ouverte qui prend effet à partir du 17 juillet 2017.

Les détenus réclament leur remise en liberté et l’abandon des différentes charges pour lesquelles ils sont poursuivis. Ils demandent également aux autorités de répondre favorablement aux attentes des habitants de la région, rapporte le quotidien arabophone « Akher Saa », dans sa parution de ce lundi 10 juillet.

Selon l’avocat Abdessadek El Bouchtaoui, membre du collectif de défense des détenus du mouvement contestataire du Rif, « les détenus à la prison de Oukacha à Casablanca et ceux de la prison d’Al Hoceïma vont entamer cette grève pour faire valoir leurs droits ainsi que pour mettre la pression sur les autorités pour les relâcher », comme le réclament plusieurs ONG des droits de l’Homme.

L’annonce de cette grève de la faim intervient au moment où des peines d’emprisonnement continuent à être prononcées à l’encontre des détenus, à l’instar des récentes peines allant de 6 à 20 mois prononcées à l’encontre de neuf personnes à la prison d’Al Hoceïma le 6 juillet dernier. Quatre détenus ont ainsi écopé de 20 mois de prison ferme, 3 autres d’une peine d’une année alors que 3 autres détenus ont écopé de 6 mois d’emprisonnement ferme.

Selon les chiffres révélés par le porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, le nombre des détenus du Hirak a ainsi atteint 176 personnes à la date du 6 juillet 2017, alors que 63 autres sont poursuivis en état de liberté.