Le détenu rifain Rabie El Ablaq n’est « jamais entré » en grève de la faim, selon la DGAPR

Plusieurs médias avancent que le journaliste Rabie El Ablaq, détenu du Hirak à la prison de Tanger 2, est entré dans une grève de la faim et de l’eau. L’administration de l’établissement pénitentiaire de la ville du Détroit vient d’apporter un démenti. 

Certains médias médias et plusieurs pages sur les réseaux sociaux avancent que Rabie El Ablaq, détenu du Hirak à la prison de Tanger 2, est entré dans une grève de la faim et de l’eau. Des informations qualifiée d' »infondées » selon l’administration de l’établissement pénitentiaire.

« Le détenu dans le cadre des événements d’Al Hoceima n’a déposé aucun préavis de la grève de la faim et son activité quotidienne confirme que son état de santé est normal », a affirmé l’administration de la prison locale Tanger 2. Et d’ajouter que ce dernier « n’a jamais refusé les repas qui lui ont été servis ».

Ce n’est pas la première fois que des rumeurs circulent sur d’éventuelles grèves de la faim entamées par Rabie el Ablaq. Ses proches et ses compagnons en détention, à la prison locale de Tanger 2, disent qu’il est arrivé à son 43e jours de grève de la faim, tout en ajoutant que son état de santé est grave et devra être sauvé dans les plus brefs délais.

Cependant, l’administration de la prison a fait savoir que le détenu a refusé de se soumettre à l’examen des indicateurs biologiques par le médecin de l’établissement. Et d’ajouter que son activité quotidienne confirme que son état de santé est « normal puisqu’il se déplace quotidiennement de sa cellule vers la cours de promenade (30 mètres) ».

Toujours selon la même source, le détenu pratiquerait également « plusieurs activités avec des détenus partageant la même cellule, sans montrer aucun signe de fatigue ou de perte de concentration généralement associés à une grève de la faim ».