Désespérés, des diplômés chômeurs malvoyants se disent prêts à un « suicide collectif »

40

La coordination des diplômés chômeurs malvoyants et non-voyants a publié mardi 26 février un communiqué dans lequel elle annonçait la décision de ses membres de « procéder à un suicide collectif dans les jours à venir ». Une terrible annonce qui vient « à la suite de la marginalisation qu’ils ont subie depuis l’année 2011 ».

C’est une terrible annonce que vient de faire la coordination des diplômés chômeurs malvoyants et non-voyants. Dans un communiqué adressé aux parlementaires, députés, membres du gouvernements ainsi qu’aux médias, la coordination a annoncé sa volonté de procéder à un suicide collectif comme dernier recours devant la passivité du gouvernement « qui n’a pas tenu ses promesses envers cette catégorie depuis le début de son mandat » ainsi que celle « de tous les établissements contactés en vain ».

Dans son annonce, la coordination rappelle son combat ainsi que tous les sit-in organisés pour défendre ses revendications. « Nous avons organisé plusieurs sit-in, dont le plus important est celui sur le toit du ministère de la Solidarité et au cours duquel est décédé le martyre Saber El Haloui », peut-on lire sur le communiqué.

 

Lire aussi: Les malvoyants suspendent leur sit-in au ministère de la Solidarité

 

La coordination a également ajouté que la ministre de la Solidarité Bassima Hakkaoui leur a déclaré lors d’une rencontre qui a eu lieu le 19 février « avoir rempli sa mission en matière de recours légaux ». La ministre aurait précisé « qu’elle n’a reçu aucun soutien des autres ministères concernés et que le gouvernement ne fera donc pas plus que ce qui a déjà été fait ».

 

Lire aussi: Vidéo. Les malvoyants occupent le ministère de Bassima Hakkaoui

 

Épuisés et désespérés, les malvoyants se disent prêts au sacrifice en espérant que leur geste ne sera pas inutile. « Nous espérons que cela permettra aux générations futures de cette catégorie de mieux vivre ». La coordination a conclu en demandant aux citoyens de « prier pour leurs âmes ».