Des demandes pour le retour des saisonnières marocaines bloquées à Huelva

535
DR.

Plusieurs milliers de saisonnières marocaines sont encore bloquées dans le sud de l’Espagne. Professionnels du secteur et ONG exigent leur retour immédiat. Une lettre a même été adressée aux ambassadeurs du Maroc et d’Espagne afin d’alerter sur leur situation.

Plusieurs voix se sont élevé pour exiger le retour des quelque 7 200 saisonnières marocaines encore bloquées à Huelva (sud-ouest de l’Espagne). Une lettre a été adressée, ce mardi 7 juin, à l’ambassadrice du Maroc en Espagne, Karima Beniaich et à l’ambassadeur de l’Espagne au Maroc, Ricardo Díez-Hochleitner.

Signée par l’Association andalouse des droits de l’homme (APDHA) et l’Association marocaine des droits humains (AMDH), la lettre exhorte les autorités des deux pays à accélérer le retour dans les plus brefs délais des saisonnières.

La saison de la cueillette des fraises finie, les travailleuses «se sont retrouvées sans travail, sans alternative et sans aides qui pourraient préserver leur dignité humaine», affirment-on dans la lettre citée par l’agence Europe Presse. De plus, les travailleuses ne disposent pas des moyens financiers pour supporter les frais du rapatriement, expliquent les deux associations qui demandent à cet effet une prise en charge à la fois de la part de l’Etat marocain et espagnol.

 

Lire aussi: Espagne: les saisonnières marocaines à Huelva sensibilisées aux dangers de la pandémie

 

L’AMDH et l’APDHA demandent également à ce que le gouvernement andalou mette en place une campagne de dépistage dans les champs de fraises. Une fois le rapatriement effectué, les deux associations conseillent également la mise en quarantaine des saisonnières, afin de garantir la réussite de cette opération.

La plupart des saisonnières sont en Espagne depuis le mois de décembre, mais depuis la fermeture des frontières «aucune information n’a été fourni par le Maroc», fustige pour sa part l’association interprofessionnelle Interfresa dans une déclaration faite ce mercredi 8 juillet.

 

Lire aussi: Virus: l’Espagne annonce garder ses frontières fermées avec le Maroc

 

Interfresa demande à l’Espagne et au Maroc d’«assumer une fois pour toute leur responsabilité vis-à-vis des saisonnières marocaines». Les professionnels du secteur affirment mettre en œuvre toutes les mesures qu’ils considèrent comme positives pour améliorer le niveau de bien-être des travailleuses encore à Huelva.

Pour l’heure, seules 77 saisonnières bloquées dans la province de Huelva, en particulier les plus vulnérables qui souffrent de maladies chroniques et de femmes enceintes et allaitantes, ont été rapatriées. Aucune nouvelle opération de rapatriement n’a été annoncée.