Des chrétiens marocains veulent accueillir le pape par des prières de rue

Des Marocains chrétiens priant dans une maison-église. Image d'archives: AFP/

Le pape François se rendra au Maroc les 30 et 31 mars suite à l’invitation du roi Mohammed VI. Des chrétiens marocains souhaitent l’accueillir par une prière dans un espace public.
C’est la deuxième visite d’un pape au Maroc après celle effectuée par Jean-Paul II en 1985. Le Vatican a annoncé la visite du Pape François au Maroc, les 30 et 31 mars 2019. Après l’annonce de cette visite, le Comité des Marocains chrétiens, association non reconnue par les autorités, a décidé de lancer ce qu’ils appellent «la dynamique du mois de mars pour les droits des chrétiens marocains», selon Akhbar Al Yaoum du jeudi 22 novembre. L’initiative comportera plusieurs activités qui visent à «prouver l’existence de plusieurs chrétiens marocains».
 
Lire aussi : Un chrétien de Fès a-t-il été interné dans un hôpital psychiatrique à cause de sa religion?
 
Selon la même source, l’association envisage d’organiser une conférence de presse le 20 mars 2019 pour présenter son rapport annuel sur la situation des chrétiens au Maroc. Et ce n’est pas tout, le comité des Marocains chrétiens compte aussi présenter un mémorandum et un plaidoyer pour la défense des droits des chrétiens qui seront envoyés au chef du gouvernement, au ministère de l’Intérieur, au ministre de la Justice et au Conseil national des droits de l’homme.
A en croire le quotidien arabophone, le comité prépare aussi une prière collective dans un espace public pour le 31 mars, sans donner plus de détails sur le lieu. D’après Akhbar Al Yaoum, le but de la démarche que souhaite entreprendre l’association vise à affirmer l’existence de plusieurs chrétiens marocains et à défendre leurs droits, sans heurter les sensibilités ni provoquer.
Rappelons qu’un rapport de l’Association marocaine des droits et libertés religieuses faisait état de nombreux cas d’agressions sur des Marocains convertis au christianisme. Certains ont fini handicapés, d’autres ont demandé l’asile politique à l’enclave de Mélilia, et beaucoup subi des menaces de mort.