Des centaines de Marocains bloqués à Melilia bientôt rapatriés

3073
DR.

Des centaines de Marocains bloqués dans l’enclave de Melilla, depuis la fermeture de la frontière avec le Maroc en raison de la pandémie de Covid-19, vont être rapatriés dans leur pays, ont annoncé mardi les autorités espagnoles.

Un premier groupe de 200 personnes doit l’être dès mercredi dans le cadre de cet accord signé entre les gouvernements espagnol et marocain.

« Toutes les personnes qui nous ont fourni leurs coordonnées et nous ont communiqué leur désir de retourner au Maroc pourront le faire », a annoncé Sabrina Moh, la préfète de Melilla, dans un message retransmis à la télévision.

Afin de freiner la propagation du Covid-19, le Maroc a fermé ses frontières mi-mars, laissant des centaines de ses ressortissants bloqués à Melilia et à Sebta, deux enclaves gouvernées par l’Espagne situées dans le Nord de son territoire et qui constituent la seule frontière terrestre européenne avec l’Afrique.

En mai, un premier groupe de 500 personnes avait pu retourner au Maroc depuis les deux enclaves.

Après le premier groupe rapatrié mercredi, deux autres groupes doivent quitter Melilla vendredi puis dimanche. Ce délai de 48 heures doit donner le temps aux autorités marocaines de réaliser des tests de Covid-19 sur ces personnes.

 

Lire aussi: Vidéo. Marocains bloqués à Sebta: contrôles renforcés pour empêcher les fugues à la nage

 

La mesure concerne tous les Marocains voulant rentrer dans leur pays, a expliqué à l’AFP un porte-parole de la préfecture de Melilla, sans préciser le nombre exact de personnes qui allaient être rapatriées.

En raison de la fermeture des frontières marocaines, l’Espagne ne peut expulser les migrants marocains entrés à Melilla ou Ceuta de manière clandestine.

Une cinquantaine de migrants marocains illégaux entrés à Melilla ont récemment reçu des ordres d’expulsion, selon le porte-parole de la préfecture.

Cette démarche est habituelle dans ce genre de cas et en pratique, ils ne peuvent être reconduits à la frontière tant qu’elle n’a pas été rouverte par le Maroc.

Début septembre, le Conseil de l’Europe a demandé à l’Espagne d’améliorer la situation de centaines de migrants regroupés dans des arènes « surpeuplées » de Melilla, où il était difficile de « respecter les mesures » de sécurité sanitaires, selon Dunja Mijatovic, la commissaire pour les Droits de l’Homme de l’organisation.