H24Info est un produit du groupe

    GEOMEDIA est l’un des groupes-médias les plus importants au Maroc avec 3 titres majeurs (Print et Web):

    Crée en 2013, H24Info s’est imposé comme le support-média francophone de référence auprès de lecteurs en quête d’une information fiable et instantanée sur le canal digital. H24 Info enregistre plus de 30 Millions de visites annuelles.

    Numéro dépôt légal : ص 2018/22

    La Grande Canarie va soumettre une motion pour rejeter la décision du Maroc de délimiter la zone économique exclusive (ZEE) au large des côtes Sahara et de l’incorporer dans l’arsenal juridique national.

    La Grande Canarie a décidé de rejeter la décision du Maroc de délimiter la zone économique exclusive (ZEE) au large des côtes Sahara et de l’incorporer dans son arsenal juridique. A cet égard, une motion sera soumise à approbation, vendredi, lors de la session plénière du Cabildo (gouvernement régional) de Grande Canarie, a déclaré à El Diario Carmelo Ramírez, ministre de la Solidarité internationale au sein du Cabildo.

    La décision marocaine «affecte gravement les Îles Canaries, qui ne sont qu’à environ 100 km des côtes du Sahara, et aura des conséquences sur l’économie et la stabilité du territoire des Îles», a continué Ramírez. Il a également mentionné la possible existence dans la zone maritime concernée d’hydrocarbures et de tellure, ce qui aurait éveillé l’intérêt du Maroc. Et d’ajouter  que la décision de Rabat enfreint gravement la législation internationale, car la mer territoriale du Sahara «ne relève pas de sa souveraineté».

    Le texte de la motion signale que les projets de loi et de décret violent plusieurs diverses réglementations, dont la résolution 1514 de l’ONU qui reconnaît le droit d’autodétermination au peuple sahraoui et la décision de la Cour internationale de justice qui ne reconnaît pas de liens de souveraineté entre le Sahara et le Maroc. La décision du Maroc, toujours selon la motion, viole également les résolutions du Sommet de l’Union africaine qui ratifie le processus d’autodétermination du Sahara. Toutes ces infractions nécessitent une action de l’ONU et l’UE pour «obliger le gouvernement marocain de respecter la réglementation», a insisté Ramírez.

    La motion propose alors que le gouvernement régional rejette la décision du Maroc et exige du gouvernement espagnol de dénoncer la situation devant d’autres organismes internationaux afin d’obliger le Maroc à respecter la législation internationale. La motion propose également d’exhorter le gouvernement des Îles Canaries à effectuer un suivi de l’affaire et à «demander aux gouvernements marocain et espagnol de respecter la législation internationale et les droits du peuple sahraoui». Elle propose enfin de demander au Maroc de «cesser l’occupation illégale du Sahara», de «mettre fin aux violations des droits du peuple sahraoui», et d’«arrêter le pillage des ressources naturelles du Sahara».

    Share.

    Comments are closed.