Décès d’un nourrisson dans une clinique de Rabat: deux infirmières derrière les barreaux

2181

Le parquet de Rabat a ordonné la détention à la prison locale Al Arjat de deux infirmières impliquées dans le décès d’un nourrisson à la maternité des Orangers de Rabat.
Après avoir mené l’enquête et réuni les premiers éléments sur le décès d’un nourrisson dans une clinique à Rabat, le procureur du roi près du tribunal de première instance de Rabat a ordonné de placer en détention à la prison locale Al Arjat deux infirmières, rapporte Al Akhbar dans son édition du lundi 24 décembre.
LIRE AUSSI: Décès de nouveaux-nés à Rabat: le ministère de la Santé ouvre une enquête
Dans cette affaire, un nourrisson a trouvé la mort tandis que l’état de santé de cinq autres nouveau-nés s’est détérioré à cause d’un vaccin contre l’hépatite B. Une substance qui ne doit pas être administrée à la naissance. À en croire le quotidien arabophone, les deux femmes sont poursuivies pour homicide involontaire et négligence. Elles ont comparu devant le tribunal de Rabat samedi dernier avant d’être placées en détention provisoire à la prison locale Al Arjat.
D’après Al Akhbar, les deux accusées essayent par tous les moyens de convaincre la famille du nourrisson de renoncer aux poursuites afin d’amoindrir les charges retenues avant le début du procès, mardi 25 décembre. Les cinq autres bébés ont quitté les CHU Ibn Sina de Rabat suite au constat du corps médical, attestant de l’amélioration de leur santé.