L'agenda H24 de la Biennale de Marrakech

2

La Biennale d'Internationale d'Art de Marrakech démarre ce mercredi 26 février. H24info vous guide dans le labyrinthe des happenings, expos et autres performances.
Tous les deux ans, la Ville Rouge se défait de ses atours un peu bling et se prête aux expériences et expérimentations des artistes (visuels, performeurs, cinéastes, vidéastes, auteurs…) qui affluent des quatre coins du monde et se donnent rendez-vous à la Biennale d'Art de Marrakech. Du 26 février au 31 mars, entre le circuit officiel, celui des partenaires locaux et le off, vous aurez l'occasion de découvrir des oeuvres inspirées et des performances décalées un peu partout dans la ville.
 
Before Biennale
Les expos déjà ouvertes au public. Within the sound of your voice et Parallèle MB5 sont deux projets que l'espace d'art 18, derb el ferrane abrite dans le cadre de la biennale. Le premier est initié par Niekolaas Johannes et Tiago de Abreu Pinto: c'est une exposition collective, légère et portative mais lourde en sens car elle prend la forme d'un vinyle, contenant "les voix" de treize artistes engagés d'Espagne, d'Ukraine ou encore d'Estonie qui parlent de la Biennale et de la ville. Ils répondent à la question centrale de la Biennale: "Où sommes-nous?"
 
Le deuxième projet est organisé par le 18 en partenariat avec Mint Collective MB5, et présente une œuvre du collectif Awiiily, des Hicham Matini, Omeyma Gzara, Lina Laraki, Sépàne Danesh, Léa Porier, Talal Ibn Khatib, Tarik Rahel.
 
Saout Radio, web radio et plateforme de diffusion d’art sonore a lancé un appel à participation internationale pour «ici, maintenant, où?» un projet sonore proposé par les artistes Younes Baba-Ali et Anna Raimondo. L’idée étant de compiler plusieurs créations sonores - paysage sonore, composition abstraite ou musicale, poésie sonore, slam, audio-naturalisme ou encore phonographie- et de diffuser la compilation à l’intérieur de grands taxis marrakchis pendant la première semaine de la Biennale (du 25 février au 2 mars). Les CDs de chikhates ou de lecture du Coran laisseront donc place à des créations sonores d'habitude confinées dans des espaces plus conventionnels (galeries ou  musées).
 
Le jour-j, profusions de performances
L'ouverture de la Biennale commence très tôt le mercredi 26 février à partir de 15h au Palais El Badii. Si le réseautage, les petits fours et la frime artsy, ce n'est pas votre genre,  allez-y tout de même pour voir la performance de Jelili Atiku, I Will Not Stroll With Thami El Glaoui. Et enchainer avec la performance du Collectif Eclat de Lune toujours au Palais.
 
A 18h, on change de spot, direction le Musée de Bank Al Maghrib. Faites-y un tour et descendez sur Jamaa el Fna à côté du musée, il y aura une performance (encore!) des Scotcheurs Eclairés. Ça dure jusqu'à 23h.

Danser sur les rails (de l'ONCF)
Jeudi 27 février, le rythme est toujours aussi soutenu. Reposez-vous un peu et plongez dans l'expo Trankat Episode #1, une exposition commissariée par Bérénice Saliou qui synthétise l'expérience d'un an de résidence à Tétouan. Le passage de l'artiste franco-algérien Kader Attia, de Mohssine Harraki, Jordi Colomer ou encore du tout jeune Younes El Yedidi donne lieu donc à la première étape de l'expo Trankat. Ça se passe à partir de 18h30 au Riad Denise Masson dans la Medina. Ou vous pouvez faire un tour à la gare de Gueliz: la danseuse chorégraphe Bouchra Ouizguen performera de 19h à 20h.
 
Vendredi, c'est cinéma et art vidéo
Le 28 Février, c'est la journée du 7e art à l'école Supérieur des Art Visuel (ESAV). A partir de 15h30, une série de projections et tables rondes seront organisées. D'abord Ismael Iraki et son premier long métrage Hrach, Amir Rouani avec Jezebel et Hicham Ayouch avec Fissures. Les projections seront suivies d'une table ronde avec les 3 réalisateurs.
 Tout de suite après et toujours à l'ESAV  vous pouvez philosopher autour d'une question qui en a turlupiné plus d'un: If You Are So Smart, Why Ain't You Rich? On the Economics of Knowledge. L'exposition est initiée par Bonaventure Soh Bejeng Ndikung & Pauline Doutreluingne.
 
Fin de la première semaine
Après une semaine passée à vadrouiller un peu partout dans la ville ocre, la fatigue se fait sentir mais vous continuez (parce que la Biennale le vaut bien!). Samedi à 17h, Dar Cherifa inaugure l'exposition de la sculptrice Adiba Mkinsi. Une heure plus tard, retour à Gueliz. Pour les performances de Simohammed Fettaka avec Zobra, Paolo Cascone avec African Fabbers et Kisito Assangni avec [SFIP] Project.  Le lieu? L’Blassa.  Un  immeuble  abandonné  au  cœur  du  Guéliz  et investi, le temps de la Biennale, par une collection de projets détonants.
Ces performances sonnent la fin de la sélection h24 pour la première semaine. A suivre notre guide pour la deuxième semaine de la Biennale de Marrakech.