Création à Casablanca de l’Association nationale de l’information et des éditeurs

184

L’Association nationale de l’information et des éditeurs (ANIE) a tenu, mercredi à Casablanca, son assemblée constitutive, sanctionnée par l’élection, à l’unanimité, d’Abdelmounaim Dilami, P-DG du groupe Eco-Médias, à la tête de la nouvelle organisation.

L’assemblée a également chargé le président de former le bureau dirigeant et un comité restreint de 5 membres qui aura pour mission la rédaction du statut et du règlement intérieur de l’ANIE, qui regroupe plusieurs supports représentant la presse écrite et digitale et des médias audiovisuels.

Dilami a été, en outre, mandaté « de nouer le contact d’urgence avec les autorités en charge du secteur pour trouver des solutions pratiques et concrètes à la crise asphyxiante qui guette les médias ».

Dans une déclaration au site « Al-Ahdath Info », Dilami a expliqué que « notre principal problème au Maroc est le modèle économique des médias », notant que « nous sommes, certes, un secteur d’activité économique, mais nous sommes également des opérateurs dans un domaine considéré comme un service public ».

 

 

Lire aussi, Presse: une nouvelle holding prend le contrôle du groupe Eco-Médias

 

Les médias font face à « des contraintes spécifiques, dont la première contrainte est le prix de vente du journal qui ne peut pas être augmenté pour des considérations sociales », a-t-il ajouté, citant également la diminution des recettes publicitaires à cause de la concurrence des GAFA (Google, Appel, Facebook et Amazon).

« Nous demandons aux responsables de discuter des différents problèmes afin d’aboutir à un modèle économique équilibré, puisque notre activité est indispensable pour la société », a-t-il lancé.

Allusion à la suspension des journaux dans le contexte de la pandémie du nouveau coronavirus, il a souligné que « nous avons continué à exercer notre métier dans des circonstances très difficiles où il n y avait pas de recettes », faisant remarquer que « maintenant, il faut nous aider à trouver un modèle économique adapté ».

« On ne veut plus raisonner en termes de subventions. L’important est de rééquilibrer le modèle. Nous souhaitons aboutir à des solutions à ces problèmes », a-t-il conclu.