Covid-19: au Maroc, l’arrêt des vaccinations risque d’avoir des conséquences redoutables

DR.

L’arrêt des vaccinations des nourrissons pendant la période de confinement imposée par la pandémie du Covid-19 aura des conséquences redoutables en terme de morbidité et de mortalité, prévient le professeur en pédiatrie, Ouazzani Touhami Makine, qui craint une réapparition de maladies graves prévenues par la vaccination, des flambées d’épidémies et des risques de décès.

Dans un article intitulé: « Poursuivre la vaccination des nourrissons durant la pandémie due au Covid-19: un impératif urgent », le professeur Ouazzani indique que depuis le début de la pandémie due au Covid-19, pratiquement pas ou peu, se sont intéressés à un risque majeur dû aux contraintes du confinement, à savoir l’arrêt des vaccinations des nourrissons pendant cette période ».

Le confinement et l’état d’urgence sanitaire instaurés devant la pandémie due au Covid-19 ont limité de manière stricte les déplacements, écrit Pr Ouazzani. De ce fait, l’activité des cabinets pédiatriques a nettement baissé en particulier pour les vaccinations, ce qui ne va pas sans risques car tout arrêt même de courte durée de la vaccination risque de faire réapparaître dans quelques mois des maladies graves, redoutables et parfois mortelles comme la coqueluche, la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, les méningites à haemophilus, à pneumocoque, à méningocoque, les gastro-entérites à rotavirus, la rougeole, la rubéole, les oreillons…autant de maladies prévenues par la vaccination, prévient-il.

 

Lire aussi: Coronavirus: le Maroc cité en exemple par plusieurs médias français dont «Le Canard enchaîné»

« Malgré les aléas du confinement, il faut obligatoirement poursuivre la vaccination des nourrissons pendant cette pandémie d’où nos efforts de communication, d’information et de sensibilisation des parents », préconise l’expert.

Dans ce sens, explique Pr Ouazzani, les pédiatres se sont mobilisés pour alerter les autorités sanitaires sur la nécessité de reprendre au plus vite les vaccinations des nourrissons, pour informer et sensibiliser les parents sur l’importance des vaccinations et du respect du calendrier vaccinal et enfin pour les rassurer car tous les cabinets pédiatriques se sont réorganisés pour assurer la vaccination dans de bonnes conditions de sécurité.

Pour leur part, l’Association Casablancaise des Pédiatres Privés, la Société Marocaine d’Infectiologie Pédiatrique et de Vaccinologie et Infovac Maroc, ont toutes appelées à réorganiser les consultations pédiatriques pour assurer la continuité des soins pédiatriques et surtout à ne pas interrompre le calendrier vaccinal des nourrissons. Elles recommandent de maintenir donc les consultations comportant les vaccinations de 2, 3, 4, 12 et 18 mois et de retarder les rappels de vaccination pour les enfants de plus de 2 ans.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), poursuit Dr Ouazzani, la vaccination doit rester une composante essentielle des prestations sanitaires avec comme conséquences le maintien des séances de vaccination et le renforcement des mesures barrières préconisées contre la pandémie.

 

Lire aussi: Coronavirus: le point sur le bilan de ce mercredi 15 avril

En effet, grâce au programme national d’immunisation du ministère de la Santé et aux efforts de la pédiatrie libérale, un certain nombre de maladies ont pu être éradiquées et des taux de couverture satisfaisants et protecteurs ont pu être obtenus comme pour la rougeole dont le taux avoisine 95% au Maroc.

« En somme, les pédiatres se sont mobilisés pour communiquer, informer et sensibiliser les parents sur l’intérêt de poursuivre la vaccination des nourrissons de moins de 2 ans durant la pandémie due au Covid-19, rappelle Dr Ouazzani, qui appelle les parents à prendre leurs responsabilités, suivre les recommandations et respecter, malgré les contraintes actuelles, la poursuite de la vaccination pour bien protéger leurs bébés et leur éviter des maladies évitables ».