H24Info est un produit du groupe

    GEOMEDIA est l’un des groupes-médias les plus importants au Maroc avec 3 titres majeurs (Print et Web):

    Crée en 2013, H24Info s’est imposé comme le support-média francophone de référence auprès de lecteurs en quête d’une information fiable et instantanée sur le canal digital. H24 Info enregistre plus de 30 Millions de visites annuelle.

    Numéro dépôt légal : ص 2018/22

    Le comité scientifique de vaccination réfléchit actuellement à l’éventualité d’injecter une troisième dose aux personnes déjà doublement vaccinées et présentant des facteurs de risques pouvant affaiblir leur immunité (âge, maladies chroniques, etc.). 

    Certains pays l’ont déjà adoptée. La troisième dose du vaccin anticovid est administrée en France, pour l’instant seulement aux personnes immunodéprimées sévères. En Israël aussi, on a déjà commencé à l’administrer à des patients atteints de cancer, à des transplantés et à d’autres personnes dont la protection vaccinale s’est dégradée. De même, la Turquie enregistrait il y a une dizaine de jours près de 2,89 millions de personnes ayant reçu une troisième dose.

    Au Maroc, le comité scientifique de vaccination réfléchit actuellement à l’éventualité d’injecter une troisième dose aux personnes déjà doublement vaccinées et présentant des facteurs de risques pouvant affaiblir leur immunité (âge, maladies chroniques, etc.), rapporte ce jour Médias24. Un scénario qui ne concernerait donc qu’une part réduite de la population.

    Le comité n’a pas encore achevé ses recherches et ses conclusions sur cette question, précise le média. Selon l’une de leurs sources anonyme, cette troisième dose concernera « un nombre encore indéterminé de personnes, en cours d’estimation, souffrant de maladies chroniques ou de pathologies qui affaiblissent momentanément l’immunité acquise par les 2 premières doses de vaccin ».

     

    Lire aussi : La France accepte désormais le vaccin AstraZeneca produit en Inde et inoculé au Maroc

     

    « Au terme du recensement, l’opération de vaccination concernera d’abord les patients infectés malgré leur double vaccination puis les personnes âgées, à jour aussi de leur calendrier, mais qui ont d’autres soucis de santé qui affaiblissent leur système immunitaire », explique la source.

    Le ministère de la Santé communiquera en temps et en heure sur cette mesure, ses modalités et les personnes ciblées, insistent les membres du comité sondés.

    De son côté, Dr. Moulay Said Afif estime la population potentiellement nécessiteuse d’une troisième dose à quelques centaines de milliers de personnes. Il rappelle que la priorité et l’urgence « est de vacciner un maximum de personnes avec deux doses pour atteindre 80% de notre population ». « Ainsi malgré les difficultés d’approvisionnement, nous avons démarré la vaccination des plus de 30 ans pour essayer d’arriver à une immunité collective avant la fin de 2021 », espère-t-il.

     

    Lire aussi : Covid-19: les étudiants marocains pourront se faire vacciner à leur arrivée en France

     

    En effet, le Maroc reste tributaire des stocks de vaccins à sa disposition. Samedi 17 juillet dernier, deux millions de doses supplémentaires du vaccin chinois Sinopharm ont été réceptionnées, contribuant à l’élargissement de la vaccination aux personnes âgées entre 30 et 34 ans.

    Dans ce sens, dans un article publié sur notre site à ce sujet en mai dernier, Dr. Tayeb Hamdi avait soulevé le problème d’une « pression » supplémentaire sur « l’approvisionnement des pays du Sud » en cas de troisième dose, ce qui « ralentira leurs campagnes de vaccination ».

    En tout cas, «si demain on a une troisième injection qui peut renforcer l’immunité chez les personnes à risques; il faut la faire, si elle peut booster l’immunité contre les variants, on aura à la faire», avait-il déclaré.

     

    Share.

    Comments are closed.