Covid-19, nouveau variant, vaccination: le point sur la pandémie au Maroc avec Pr. Marhoum

2938
Pr. Marhoum, chef de service des maladies infectieuses au CHU Ibn Rochd, à Casablanca.

Tendance baissière, nouvelle souche, efficacité des vaccins, effets secondaires… Pr. Marhoum, chef du service des maladies infectieuses au CHU de Casablanca, réagit à l’évolution de la pandémie et à la vaccination. 

H24Info: Commentez-nous les chiffres actuels.

Pr. Marhoum: La tendance baissière du nombre de cas quotidiens qui s’était manifestée il y a déjà pratiquement un mois, semble se confirmer. Plus intéressant et important encore, c’est la diminution des cas de mortalité. Je n’exclue pas le fait qu’il puisse y avoir des décès à domicile chez des personnes dont le diagnostic n’a pas du tout été réalisé depuis le début de leur maladie. Mais de manière générale, la tendance est à la baisse en ce qui concerne le nombre de décès. A l’échelle nationale, on a connu des pics avoisinant les 100 décès par jour; aujourd’hui, on est environ à une vingtaine de cas quotidiens. Même au niveau des hôpitaux, on a l’impression que la pression covid a quelque peu diminué. C’est bon signe.

Comment interpréter ce bon résultat? 

C’est difficile d’interpréter à ce stade. En général, les épidémies évoluent sous la forme de vagues. Pendant un certain temps, on assiste à une augmentation de cas qui est très importante et puis au fur et à mesure que la population est touchée par la maladie, le virus trouve de moins en moins de personnes qui ne l’ont jamais contractée et commence à s’essouffler. Cela entraîne une décroissance du nombre de cas et l’épidémie finit en général par s’éteindre. Dans la situation actuelle du covid-19, nous ne savons pas encore ce que cela donnera, d’autant plus qu’il y a eu l’apparition de la nouvelle souche.

Qu’en est-il de la présence de cette nouvelle souche au Maroc?

On sait qu’il y a eu un cas confirmé au Maroc, vraisemblablement il doit y en avoir d’autres. Il faut que le ministère de la Santé communique à ce sujet car ce sont eux qui savent ce qui existe au plan épidémiologique. Ce qui est sûr, c’est que cette nouvelle souche va se diffuser beaucoup plus facilement que la souche ancienne, comme on l’a vu dans différents pays. Avec cette nouvelle souche, il faut s’attendre à ce qu’il y ait plus de cas. Par ailleurs, il faut avoir les moyens de détecter cette nouvelle souche, ce qui n’est pas évident, car cela nécessite un séquençage qui n’est pas disponible partout. Il faudrait prélever la souche isolée chez quelqu’un, puis la travailler au plan séquençage. Avec la PCR, on ne peut pas la détecter. Certaines PCR pourraient détecter directement la nouvelle souche mais je ne pense pas que nous les avions au Maroc pour l’instant.

Les vaccins commandés par le Maroc sont-ils efficaces contre les nouvelles souches?

Les annonces faites par les différents laboratoires disent que oui, donc a priori ça ne devrait pas poser problème pour l’instant. Si jamais le Sars-CoV-2 continue à muter au niveau de sa protéine Spike (qui permet au covid-19 de pénétrer dans les cellules humaines, ndlr), il n’est pas dit qu’il puisse être prévenu par les vaccins dont on dispose pour le moment. Mais ce n’est pas le cas actuellement. Aujourd’hui, il faut vacciner et vacciner rapidement.

Côté effets secondaires, à quoi doit-on s’attendre? 

On observe deux types d’effets secondaires: locaux et systémiques (plus généraux). Au niveau local, c’est comme à chaque fois qu’on injecte un vaccin. Il peut y avoir une induration, une douleur, une rougeur. C’est normal, car on injecte un produit au niveau du muscle deltoïde qui réagit. On le voit avec d’autres vaccins. Les effets secondaires systémiques s’apparentent quant à eux à de la fièvre, des maux de têtes (beaucoup ont fait part de ce symptôme à la suite de l’injection du vaccin chinois lors des essais cliniques), des douleurs musculaires (myalgie), de la fatigue. Certaines personnes ont senti une forte fatigue à la suite du vaccin. Ces effets ne sont pas systématiques. Certains n’ont rien ressenti et se portaient parfaitement bien. Ce sont des effets à court terme, observés durant les quatre-cinq premiers jours après la vaccination. Un traitement symptomatique simple suffit comme un peu de paracétamol, un petit pansement alcoolisé sur la zone d’injection.

Le gouvernement allemand a récemment annoncé que le vaccin AstraZeneca n’était efficace qu’à 8% sur les personnes de plus de 65 ans. Votre réaction à cette annonce?

Pour l’instant, il n’y a rien de scientifiquement prouvé, ce ne sont que des annonces. On ne sait pas quoi en penser. Ce que je peux dire, c’est que plus on avance en âge, moins bonne sera la réponse immunitaire, c’est connu avec tous les vaccins. Quand on dit qu’un vaccin est efficace à 70, 80, 50 ou 8% comme disent les Allemands, cela signifie que si on prend deux groupes, un groupe vacciné et un groupe pas vacciné, il y aura une petite réduction du nombre de cas de covid parmi les personnes qui ont été vaccinées, et cette réduction sera juste de 8% ou x % selon les études.

Bien souvent, on ne parle pas d’un autre élément qui est important. Même si la personne vaccinée contracte le covid-19, il ne s’agira que d’une forme mineure, bénigne. Avec le vaccin, on réduit le nombre de formes sévères et ça, c’est très important pour un sujet âgé. Les formes bénignes passent rapidement, il n’y a pas de problème. Ce qu’on craint le plus, ce sont les formes sévères qui engendrent une forte mortalité. Donc, il ne faut pas se dire que le vaccin va nous éviter de contracter le covid, car on peut aussi accepter le fait qu’on l’attrapera sous une forme bénigne. C’est ça de gagné.

Les bons chiffres actuels plaident ils pour un assouplissement des mesures sanitaires?

Non surtout pas. Il ne faut rien relâcher. Déjà la campagne de vaccination va s’étaler sur plusieurs mois avant d’atteindre l’immunité collective. Tant qu’on n’a pas atteint cette immunité collective, la vaccination au plan communautaire ne donnera pas encore de résultats, donc le virus circulera encore aisément, sans parler de la nouvelle souche qui circule encore plus facilement que l’ancienne.