Covid-19: l’Espagne gardera ses frontières fermées avec le Maroc jusqu’au 16 septembre

8168
Le ministre espagnol de l'Intérieur, Fernando Grande-Marlaska./DR

L’Espagne a décidé de retirer le Maroc de sa liste des pays tiers autorisant l’ouverture de ses frontières. La réciprocité tant attendue par le Maroc, mais toujours pas annoncée, explique ce choix de l’exécutif espagnol.

La décision a été actée et publiée dans le Bulletin officiel de l’État le samedi 29 août par l’exécutif espagnol. Il a été ainsi décidé de garder les frontières du pays fermées et ce jusqu’au 16 septembre. De plus, la liste réduite de pays hors de l’UE dont les voyageurs sont autorisés à se rendre en Espagne à été modifiée, excluant le Maroc.

L’exclusion du Maroc se fait «sans aucun effet pratique, puisque, en application du principe de réciprocité, la présence de ce pays dans l’annexe n’avait pas encore pris effet», lit-on dans le Bulletin officiel, précisant que cette ordonnance prendra effet jusqu’au 16 septembre 2020 à minuit.

 

Lire aussi: Face au virus, l’Espagne mobilise l’armée

 

De ce fait, la liste espagnole ne comprend plus que l’Australie, le Canada, la Géorgie, le Japon, la Nouvelle-Zélande, le Rwanda, la Corée du Sud, la Thaïlande, la Tunisie, l’Uruguay et la Chine.

Pour rappel, au vu de la montée du nombre de cas d’infections et de décès résultant du covid-19, le gouvernement marocain a approuvé a approuvé le 6 août la prolongation de l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 10 septembre.

En Espagne comme au Maroc, les situations épidémiologiques inquiètent. Les deux gouvernements n’ont d’ailleurs pas hésité à redéployer l’armée dans les rues des villes les plus touchées par le coronavirus.