Covid-19: le point sur les trois villes les plus touchées, Marrakech, Casablanca et Béni Mellal

13411
Crédit : Ayoub Ouajib/H24 Info

1.472 nouveaux cas de coronavirus ont été enregistrés au Maroc durant la journée du dimanche 16 août, portant le cumul des cas à cette date à 42.489. Le point sur les trois régions les plus touchées: Casablanca-Settat (+222), Marrakech-Safi (+303) et Béni Mellal-Khenifra (+227). 

Casablanca-Settat

En tête, la région de Casablanca-Settat qui cumule un total de 11.748 cas confirmés, soit 222 cas supplémentaires enregistrés au 16 août à 18h. Face à la montée alarmante des cas dans la capitale économique, les autorités sanitaires ont alerté par courrier le wali de la région, rapporte le quotidien arabophone Al Massae qui évoque l’hypothèse d’un reconfinement de la ville.

En attendant, comme annoncé par le ministère de l’Intérieur, tous les foyers d’infection sont reconfinés. Plusieurs quartiers casablancais ont été fermés et barricadés par les forces de l’ordre, notamment l’arrondissement de Hay Mohammadi mais également de nombreux quartiers de la préfecture d’Anfa dont l’avenue Tahar Alaoui, les rues Mouna Oussaïd et Abderrahmane Moukhanate, Bab Marrakech et Bab Jedid. Des opérations de désinfection sont menées au niveau des zones touchées par cette décision. Des point de contrôle ont aussi été mis en place sur les voies d’accès au Marché central, à Ben Jdia et à Chaouia.

Les autorités locales ont également interdit formellement la diffusion des matchs de football dans les cafés afin d’éviter les grands rassemblements. D’ailleurs, de nombreux cafés et lieux publics ne respectant pas l’état d’urgence sanitaire, notamment les dispositions relatives à la distanciation physique, ont été fermés à Derb Sultan, mentionne le média. Dans ce quartier, les accès au boulevard de Beni M’guild ont été fermés à la suite de l’éclatement d’un foyer de contamination au sein d’une famille habitant dans ce secteur.

Marrakech

Les autorités marocaines ont annoncé dimanche avoir fermé plusieurs quartiers de Marrakech en raison d’une recrudescence d’infections au nouveau coronavirus. +303 cas en 24h, hissant le nombre total de cas positifs dans la ville ocre à 6.858. Les « opérations de contrôle » dans cette destination touristique phare ont été renforcées et certains quartiers ont été « fermés totalement ou partiellement » pour enrayer la propagation du virus, ont ajouté les autorités dans un communiqué rapporté par la MAP.

 

Lire aussi : Casablanca/covid-19: le dépistage en laboratoires privés restreint aux voyageurs

 

Il s’agit des zones de Sidi Youssef Ben Ali, Hay Hassani, Hay Mohammadi, M’hamid, Menara, Jemaa Fna et de Kechich. Dans ces quartiers, les mesures générales sont intensifiés et les déplacements sont limités aux cas de nécessité extrême (travail, raisons de santé ou faire ses courses).

Il s’agit aussi de fixer l’horaire de fermeture des cafés et restaurants à 22h00, d’intensifier les opérations de contrôle des unités industrielles et professionnelles pour s’assurer de leur respect des mesures préventives en vigueur.

 

Lire aussi : Marrakech: voici les mesures prises pour contrer la progression du coronavirus

 

Par ailleurs, des campagnes ont été lancées dans les rues de Marrakech avec l’aide de plusieurs services et acteurs du secteur privé, la société civile en plus des médias locaux, pour « sensibiliser au danger du relâchement dans le respect des mesures préventives », comme le port du masque et la distanciation physique.

Béni Mellal-Khenifra

Troisième région la plus touchée, Béni Mellal-Khenifra comptabilise un total de 1.224 cas contaminés au 16 août à 18h, soit +227 cas en 24h. Face à cette recrudescence des cas, le wali de la région, Khatib El Hebil, a appelé les médecins du secteur privé à unir leurs efforts à ceux du public afin de juguler la propagation du coronavirus, rapporte ce jour Bladi.net.

Une proposition que les médecins du privé ont acceptée. Il sera ainsi organisé une rotation quotidienne entre médecins du secteur privé au sein des services de santé de la ville afin de permettre aux établissements hospitaliers de concentrer leurs efforts sur la lutte contre le covid-19.