Covid-19: Ait Taleb met en garde contre une deuxième vague et un reconfinement

6645
Le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb./DR

Les risques d’une deuxième vague planent sur tous les pays ayant entrepris le déconfinement de la population. Déconfiné depuis le 20 juin, le Maroc risque d’être confronté à une deuxième vague, qui conduirait à un reconfinement, avertit le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb.

Les chiffes et statistiques sur l’évolution de l’épidémie au royaume sont plutôt rassurants. Mais l’apparition de nouveaux foyers épidémiques et le cap des 10 000 cas de contamination atteint, les autorités sanitaires du pays craignent le pire.

L’aveu vient du ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb, qui alerte sur l’apparition de foyers épidémiques dans cinq régions qui s’accaparent à elles seules, 90% des cas de contamination au nouveau coronavirus. Il s’agit actuellement de la région de Safi, où un foyer industriel de contamination a été récemment découvert, des régions de Kénitra et celles plus au nord, où de multiples foyers ont été découverts, mais aussi plus au sud à Laâyoune, où un autre foyer a été découvert.

 

Lire aussi: Pr. Marhoum: «On n’est pas à l’abri d’une deuxième vague avec la reprise de l’activité économique»

 

Bien que la situation épidémiologique soit sous contrôle, souligne le ministre, un revirement de situation n’est pas à exclure, conduisant probablement à un deuxième confinement, indique le quotidien Al Massae dans son édition du jeudi 9 juillet.

Le risque nous avait déjà été formulé par Dr Tayeb Hamdi, président du Syndicat national de médecine générale (SNMG). Ce dernier affirmait à H24 Info que la réussite d’un déconfinement n’est pas «la réduction optimale de l’apparition de nouveaux cas, mais elle réside dans la capacité de l’État à détecter les foyers, la recrudescence de l’épidémie et une éventuelle deuxième vague».

Contre un reconfinement généralisé, le président du SNMG a plaidé pour un confinement local, en cas d’apparition d’un nouveau foyer, en isolant géographiquement la région, jusqu’à ce que la situation soit contrôlée.