Covid-19: 164 cas à Rabat-Kénitra, comment expliquer cette hécatombe? (Les détails par villes)

18082
Crédit: MAP.

Les grandes villes du royaume recensent le plus grand nombre de cas d’infection à la Covid-19. Avec des montées en flèche, certaines villes craignent le pire au moment où des annonces sur un assouplissement du confinement sont attendues. Détails.

Le Maroc a enregistré deux cent six (206) nouveaux cas d’infection au nouveau coronavirus (Covid-19) ce vendredi 19 juin à 10h00. Un record sur les deux derniers mois et dont la majeure partie des cas ont été recensés dans la région de Rabat-Salé-Kénitra, avec la découverte de 164 nouveaux cas d’infection. Hormis les régions de Casa-Settat (4 nouveaux cas), Marrakech-Safi (15 nouveaux cas) et Fès-Meknès (1 nouveau cas), les autres régions du royaume n’ont enregistré aucun nouveau cas ce vendredi matin.

À ce jour, le pays compte 986 cas actifs, 8.081 patients ont été déclarés guéris du nouveau coronavirus et 213 personnes sont décédés depuis le début de l’épidémie. Le pays approche du demi-million de tests effectués, en ayant mené 498.075 tests PCR et sérologiques, dont 488.795 se sont avérés négatifs.

 

Source: H24 Info.

Par régions et par villes, la situation reste très disparate. Au nord, la région de Tanger-Tétouan, avec des villes classées en zone 1 et d’autres en zone 2, l’évolution épidémiologique semble se stabiliser, avec seulement 28 nouveaux cas d’infections déclarés lors du bilan présenté ce jeudi 18 juin à 18H00, par le ministère de la Santé.

Des chiffres très bas pour la région où seule la ville de Tétouan fait exception avec 12 nouveaux cas d’infection ce jeudi et après l’enchaînement de découverte d’une dizaine de cas journaliers durant toute la semaine.

Source: Direction Régionale de la Santé Tanger-Tétouan Al Hoceima.

Plus à l’est, la région de Fès-Meknès a longtemps inquiété les autorités sanitaires, mais la situation est quasiment revenue à la normale, avec l’enregistrement d’un seul nouveau cas dans la capitale spirituelle ce jeudi 18 juin.

Source: Direction Régionale de la Santé Fès-Meknès.

Dans la région de Rabat-Salé-Kénitra, la situation épidémiologique est la plus alarmante avec un total de 19 nouveaux cas enregistrés jeudi 18 juin, un bilan auquel s’ajoutent les 164 cas de ce vendredi 19 juin à 10h. Ces nouveaux cas font partie d’un nouveau foyer épidémique découvert dans une usine de fraises (Lalla Mimouna), située non loin de Moulay Bousselham. Le foyer ne cesse de s’élargir et de plus en plus de cas sont révélés chaque jour, grâce aux multiples opérations de dépistage menées sur le site.

Même constat dans la région de Casa-Settat avec la découverte de 4 nouveaux cas ce vendredi matin qui viennent s’ajouter aux 18 cas confirmés dans l’après-midi du jeudi 18 juin.

En ce qui concerne les deux régions, les données détaillées autrefois fournies par les directions régionales de la santé n’ont toujours pas été actualisées.

Plus au sud, la région de Marrakech-Safi ne fait pas mieux, avec 15 nouvelles personnes infectées au Covid-19, ce vendredi matin. Ce nouveau bilan s’ajoute aux 7 nouveaux cas déclarés jeudi 18 juin, dont 2 ont été enregistrés à Marrakech et 5 à Safi. La direction régionale de la santé fait état d’un total de 1.657 cas dans la région, dont la majeure partie dans la ville ocre.

Source; Direction Régionale de la Santé Marrakech Safi.

Pour rappel, le gouvernement s’apprête à annoncer de nouvelles mesures pour enclencher un déconfinement progressif dans tout le pays, en zones 1 et 2. Devant la Chambre des Conseillers, ce mardi 16 juin, Saad Eddine El Otmani a expliqué que le Maroc allait entamer la deuxième phase d’allégement du confinement sanitaire. Ces mesures d’assouplissement déboucheront sur la reprise d’activités économiques, sociales et culturelles supplémentaires, a-t-il affirmé.

Ces mesures permettront «une plus grande mobilité, voire même une reprise progressive du tourisme interne» a déclaré le Chef du gouvernement.

 

Lire aussi: Déconfinement: les classements en zone 1 et 2 revus avant la fin de la semaine

 

Après cette deuxième phase, une nouvelle étape interviendra, a poursuivi El Otmani évoquant l’autorisation, à une échelle plus large, de l’utilisation des espaces publics ainsi que des regroupements dans certaines limites et sous certaines conditions des activités publiques.