Coronavirus: le gouvernement envisage de prolonger le confinement pendant ramadan

34579
Crédit: AFP.

Le confinement obligatoire au Maroc devrait en théorie prendre fin le 20 avril. Pour le moment, le gouvernement n’a pas tranché, bien qu’un possible allongement soit évoqué.

Depuis le 20 mars dernier, les Marocains sont confinés chez eux et devront encore «s’armer de patiente», a déclaré le chef du gouvernement Said Eddine El Othmani, lundi 13 avril, devant la Chambre des représentants.

Au vu de l’évolution de la situation épidémiologique dans le pays, «un allongement de deux, trois ou quatre semaines du confinement» est envisageable selon Saad Eddine El Othmani. Toutefois, le gouvernement n’a toujours pas tranché, a-t-il souligné affirmant que «tout dépendra de l’évolution de la situation épidémiologique (…) tout est possible».

 

Lire aussi: L’OMS craint « une résurgence mortelle » de la pandémie en cas de déconfinement hâtif

 

El Othmani a demandé également aux Marocains de «prendre toutes les précautions nécessaires», révélant que «82% des cas recensés sont des cas locaux». De plus, les foyers familiaux sont désormais les principaux vecteurs de ce nouveau virus, a déclaré le chef du gouvernement cité par le quotidien Assabah dans son édition du mercredi 15 avril.

Patience et respect des mesures

En effet, plusieurs foyers épidémiques au sein de familles, avec plusieurs membres contaminés, ont été recensés à Casablanca ou encore à Nador, où des quartiers ont carrément été mis en quarantaine.

Par ailleurs, le chef du gouvernement a salué l’effort fourni par les autorités qui veillent au respect du confinement. Dans ce sens, il a rappelé que les réfractaires au confinement sont passibles d’une amende allant de 300 à 1 300 dirhams, mais aussi à des peines d’emprisonnement de trois mois.

 

Lire aussi: Confinement: les associations des droits de l’Homme saisissent l’exécutif après des dépassements

 

A ce jour, les opérations de sûreté, menées par les différents services de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) ont permis d’interpeller 22.542 individus en flagrant délit de violation des mesures d’urgence fixées par les autorités publiques. Parmi ces mesures obligatoires figure le port du masque dans l’espace public pour toutes les personnes autorisées à se déplacer.