Coronavirus: déconfinement et deuxième vague font craindre le pire

DR.

Alors que les cas de contaminations ne cessent de multiplier, certains spécialistes craignent déjà les risques d’une deuxième vague. Le président du Syndicat national de médecine générale (SNMG) énonce quelques mesures à prendre pour procéder au déconfinement de la population et surtout préparer cette dernière à une possible deuxième vague.

Voilà presque deux mois que le nouveau coronavirus (Covid-19) touche de plein fouet le Maroc. Loin de s’essouffler, le nombre de cas a même augmenté ces derniers jours. Ailleurs, des pays qui pensaient maitriser l’épidémie font face actuellement à une deuxième vague. Tout comme l’expérimentent  la Chine ou encore la Corée du Sud, le Maroc n’est pas à l’abri d’une deuxième vague pour laquelle il devra d’ores et déjà se préparer, alerte Dr Tayeb Hamdi président du syndicat national de médecine générale (SNMG).

Selon les dernières données, une deuxième vague serait attendue durant l’automne, explique docteur Hamdi. Mais d’ici là peu seront les chances d’avoir un vaccin pour ce nouveau virus. Toutefois, «l’épidémie peut disparaître comme dans le cas du SRAS-Cov 1 en 2003 ou encore l’épidémie du MERS-Co de 2011. Nous devrons alors vivre avec pendant plusieurs années afin qu’elle ne se transforme qu’en infection saisonnière», estime le médecin.

 

Lire aussi: La France et l’Espagne se libèrent du confinement, le coronavirus repart à Wuhan et Séoul

 

Ainsi pour apprendre à vivre avec le virus, Dr Tayeb Hamdi propose de poursuivre impérativement de continuer à se conformer à mesures préventives tant individuelles que collectives. «Respecter la distanciation sociale tant dans le cadre privé que professionnel, se laver régulièrement les mains à l’eau et au savon ou grâce à un gel hydroalcoolique, porter un masque de protection et éviter de se toucher le visage» rappelle-t-il.

Déconfinner et vacciner contre la grippe saisonnière

Ceci en plus de continuer de «surveiller et retracer le virus, fournissant dans ce sens de grands moyens pour le dépistage et le suivi médical», souligne Dr Hamdi. Avant de pouvoir faire face à une deuxième vague, le pays devra «réinitialiser et réadapter son système de santé», poursuit-il, notant qu’il s’agit d’une étape clé pour «faire le tri entre les secteurs qui doivent reprendre impérativement et ceux qui peuvent se conformer au télétravail».

Outre ces mesures pour un déconfinement qui à ce jour incertain et tributaire de la situation épidémiologique, Dr Hamdi alerte sur la nécessité de vacciner de la grippe saisonnières. «Nous parlons ici de la vaccination contre la grippe saisonnière régulière, pas du nouveau virus», explique-t-il soulignât que le Maroc devra «préparer des demandes d’approvisionnement en vaccins contre la grippe saisonnière pour la prochaine saison 2020-2021 en très grandes quantités, beaucoup plus importantes que d’habitude».

Le risque étant que «les symptômes de la grippe et de la maladie de Covid 19 sont très similaires, au moins au début de l’infection, ce qui créera du brouillard dans le suivi, la détection et le diagnostic», poursuit le médecin. «Ce brouillard provoque la consommation et même l’épuisement du protocole choisi pour traiter le Covid 19, qui est déjà peu conséquent en termes de besoin pour suivre et assiéger l’épidémie émergente».

 

Lire aussi: Déconfinement: la levée de l’état d’urgence sanitaire prévue pour août?

 

Le chevauchement des deux maladies aura trois conséquences graves, affirme le médecin évoquant «le risque que cela suppose pour la santé du patient, ainsi que la pression que devront subir le personnel médical et le personnel de santé».

En effet, la grippe qu’on appelle saisonnière peut doubler la gravité de la maladie et la probabilité de décès, avertit le président du syndicat national de médecine générale (SNMG). Les personnes les plus vulnérables étant les personnes âgées, les personnes souffrant de maladies chroniques et les femmes enceintes.