Le Congrès américain étudie une loi condamnant les liens entre le Polisario et le Hezbollah

1570

Quatre mois après la rupture des relations entre le Maroc et l’Iran, le congrès américain étudie la mise en place d’une loi qui condamne les liens entre le Front du Polisario et le Hezbollah libanais.
La connivence entre le front du Polisario et le Hezbollah libanais n’est pas du goût de certains membres du congrès américain. C’est le sens d’une loi que préparent des membres qui siègent au Capitole. Il s’agit de deux Républicains, Joe Wilson et Carlos Corbello ainsi que le congressman démocrate Jerry Conoly. Dans ce projet de loi, les élus américains dénoncent les accointances entre les deux entités, encouragées par l’Iran qui souhaite, par ses agissements, déstabiliser l’Afrique du nord.
Lire aussi:Sahara: l'ONU invite le Maroc, l'Algérie, le Polisario et la Mauritanie en décembre à Genève
Sur son site web, le républicain Joe Wilson est revenu sur la relation qui lie le Maroc au Etats-Unis. «Le royaume a été le premier pays à reconnaitre les USA en 1771 et demeure un allié stratégique importants des US et un partenaire pour la paix dans la zone MENA», a-t-il écrit. Le congressman a aussi dénoncé les «actions de provocations que fait le front du Polisario, financé par l’Iran» assurant que son projet de loi vise à pénaliser l’Iran qui finance des organisations terroristes telles que le Hezbollah, inscrit sur la liste des organisations terroristes. L’Iran vise, par le billet du Hezbollah, à créer la zizanie dans la région, assure Joe Wilson.
Le projet de loi demande au président américain, Donald Trump, et le secrétaire d’Etat, Mike Pompeo de soutenir les efforts des nations unies pour résoudre le conflit au Sahara, conformément à la position de Washington. «Les USA ont apporté leur soutien à la proposition marocaine de l’autodétermination dans le cadre de la souveraineté marocaine, qualifiant la proposition de sérieuse, crédible et réaliste», souligne Joe Wilson.