La conférence de Ayouch sur les libertés interdite par le ministère de l'Intérieur

1091

Le colloque sur les libertés publiques n’aura pas lieu. Prévu pour aujourd’hui et demain, il a été finalement interdit par le ministère de l’Intérieur. Son président Noureddine Ayouch exprime sa déception et parle d’un « recule en termes de libertés individuelles« .
Après des tergiversations et de nombreux critiques, notamment par des officiels, le colloque sur les libertés individuelles, organisé par le Collectif Démocratie et Libertés, a été annulé. Son président, Nourredine Ayouch, qui nous l’a confirmé, qualifie cette décision de « regrettable« .
« C’est très grave! Nous assistons aujourd’hui à un recul en termes de libertés individuelles« , martèle-il. Et d’ajouter: « Nous ne nous attendions pas à ça. Il y a eu des réactions à Tunis, à Paris dans la presse qui dénoncent cette décision insensée et contraire à l’orientation démocratique de notre pays. Le débat est responsable, sain et propre, et les intervenants sont de haut niveau. Je ne vois aucune justification à cette interdiction« .
Avant cette décision, cet évènement a d’abord été prévu à la Fondation du roi Abdul-Aziz Al Saoud, qui a ensuite annoncé n’avoir jamais autorisé la tenue de cette conférence dans ses locaux, puis même réaction du Management de l’hôtel Idou Anfa qui devait par la suite accueillir la conférence.
L’évènement a connu d’autres déconvenues, notamment des désistements de personnalités politiques, dont celui du chef de gouvernement Saâd Eddine El Othmani, du ministre de la Justice, Mohamed Aujjar, et de Nabil Benabdallah, ex-ministre et secrétaire général du PPS.