Comprendre le mouvement des infirmiers en 4 questions

1606
DR.

Interdits de manifester, les infirmiers ne décolèrent pas. Joint par H24 info, un membre de la «Coordination Nationale des infirmières et infirmiers diplômés de l’État et qui ont passé deux ans de formation» nous explique développement en cours du dossier.

La manifestation annulée ?

La wilaya de la région de Rabat-Salé-Kenitra a annoncé, vendredi 26 mars, l’interdiction de «tout attroupement ou rassemblement sur la voie publique pour éviter toute violation des mesures de l’état d’urgence sanitaire».

Un rappel à l’ordre «en rapport avec les informations relayées sur les réseaux sociaux concernant l’intention de la « Coordination nationale des infirmières et infirmiers diplômés de l’État avec 2 ans de formation » d’organiser une marche nationale de protestation, le samedi 27 mars à 10h00 devant le parlement en direction du siège du ministère de la Santé», indique le communiqué relayé par l’agence MAP.

Dans un communiqué parvenu à H24 Info, la Coordination annonce que la manifestation est annulée, en attendant le développement du dossier.

Toutefois, Adil, un membre de la Coordination, contacté par nos soins, s’indigne contre cette décision d’interdiction. «Nous allions manifester pacifiquement et faire entendre notre voix (…) quant aux mesures barrières, évidemment que nous allions les respecter et il est important de signaler que nous sommes tous vaccinés contre le Covid-19».

Quelles sont les revendications des infirmiers ?

Deux dates sont cruciales pour comprendre les revendications de ces professionnels de la santé, nous explique notre interlocuteur.

Avant 1993, les infirmiers poursuivaient une formation de deux ans et intégraient directement l’échelle 8. Mais le décret 2-93-308, approuvé la même année, dispose que la formation passe de 2 à 3 ans, sans qu’il y ait la possibilité pour ceux n’ayant effectué que deux ans de poursuivre leur formation et avoir l’échelle 9.

« Nous sommes passés au système LMD et la formation pour devenir infirmier passait donc à trois ans d’enseignement, suite à quoi le professionnel de santé intégre alors l’échelle 9 ».

 

Lire aussi: La situation des infirmiers au menu du prochain Conseil de gouvernement

 

Le conflit ressurgit en 2017 avec le décret 2-17-535, relatif au système LMD (Licence-Master-Doctorat) pour cette catégorie, suite à quoi l’on supprimera le statut d’IDE (Infirmier diplômés de l’État) à ceux ayant poursuivi une formation de deux ans. Ces derniers ne bénéficieront pas non plus de promotions, tandis que leurs collègues plus jeunes y auront droit.

Combien sont-ils ?

Après des années de militantisme, les IDE de deux ans obtiendront gain de cause et se verront attribuer une enveloppe.

Le 22 mars 2021, la coordination apprend que le ministère de l’Économie et des Finances a débloqué un budget de 238 millions de dirhams. «Mais lorsque nous avons passé en revue les détails de la distribution de ce budget par le ministère de la Santé, nous nous sommes rendu compte que plusieurs d’entre nous n’allaient pas bénéficier de ce budget-là», affirme Adil.

En effet, actuellement ils sont 3.847 dans cette catégorie-là, mais «75% de ce budget sera versé à ceux qui sont hors-échelle, en excluant tous ceux encore à l’échelle 9, 10 ou 11, qui n’en percevront qu’une maigre partie», poursuit l’infirmier soulignant que «910 des bénéficiaires ne percevront aucun centime de ce budget jusqu’en 2029».

«Le ministère de la Santé a puisé dans cette caisse pour ne pas avoir à le déduire de son propre budget», fustige notre interlocuteur.

Le ministère prêt à dialoguer ?

Après l’annonce de l’interdiction de la manifestation, les syndicats du secteur ont été convoqués à une réunion qui se déroulera le vendredi 2 avril prochain au siège du ministère de la Santé.

Adil se dit optimiste, mais souligne que la coordination ne lâchera pas l’affaire tant que tous les IDE de deux ans ne seront pas incluses.