Complot contre la monarchie: ouverture d’une enquête sur les accusations contre El Omari

4895

Après les accusations d’Isaac Chariaa contre Ilyas El Omari sur son prétendu complot contre la monarchie, le Parquet général a décidé d’ouvrir une enquête. 

Les propos d’Isaac Charia, un des avocats du leader du Hirak Nasser Zefzafi, dans lesquelles il accuse Ilyas Elomari d’avoir comploté contre le roi prennent une nouvelle tournure. Selon des sources concordantes, le Parquet général a décidé d’ouvrir une enquête sur les allégations de l’avocat prononcé lors du procès des détenus du Hirak, le 21 novembre à la Cour d’appel de Casablanca.

Le membre du comité de défense a déclaré au juge que son client, le leader du mouvement rifain Nasser Zefzafi, a refusé de comploter contre la monarchie, malgré l’incitation d’Ilyas El Omari, secrétaire général du PAM, et président de la région Tanger Tétouan Al Hoceima.

« Ilyas El Omari a contacté Zefzafi, pour lui proposer un complot contre le roi. Mais Zefzafi a refusé et expliqué que les revendications du Hirak sont purement sociales », a déclaré l’avocat lors du procès.

Selon Mohamed Ziane, membre du comité de défense de Nasser Zefzafi, « ‘l’ouverture de l’enquête implique un interrogatoire » pour le leader du Hirak. Ziane s’interroge ensuite: « Je me demande pourquoi le juge ne lui pas demandé lors du procès de confirmer ce qu’a dit Isaac. Il pouvait lui donner la parole avant d’ouvrir l’enquête ».

Quelques heures après la sortie des accusations contre Ilyas El Omari, l’avocat du patron du PAM Ahmed Arrehmouch a sorti un rendu public un communiqué dans lequel il réclame l’ouverture d’une enquête sur les propos d’Isaac Charia. L’avocat, un activiste de la cause amazighe très proche d’Ilyas El Omari, se dit également « étonné » de ce qu’il qualifie « d’accusations fabriquées » contre le patron du PAM.

Sur sa page facebook, Isaac Charia s’est réjoui de l’ouverture de l’enquête. « Je suis très heureux de la décision du procureur général de Casablanca d’ouvrir une enquête concernant Ilyas El Omari et ses relations avec les protestations d’Al Hoceima, mais j’aurais préféré que le juge donne la parole à Nasser Zefzafi durant le procès », a écrit l’avocat du leader du mouvement rifain.