Commission Benmoussa: polémique suite au «point d’étape» accordé à l’ambassadrice de France

L’ambassadeur du Maroc Chakib Benmoussa au côté du président français, lors d'un ftour offert par le CCM.

Un tweet de l’ambassadrice de France au Maroc a provoqué un déferlement de critiques envers la Commission Spéciale sur le modèle de développement (CSMD). Cette dernière a accordé un «point d’étape» à l’ambassadrice de France, mais pas que, s’en explique la commission. 

L’ambassadrice de France au Maroc, Hélène le Gal, a remercié, ce vendredi 5 juin, son homologue Chakib Benmoussa sur Twitter. Rebondissant sur un tweet de la Commission Spéciale sur le modèle de développement (CSMD), l’ambassadrice «remercie Chakib Benmoussa, président de la CSMD  pour (lui) avoir présenté ce matin un point d’étape de la CSMD».

Un tweet qui n’est pas passé inaperçu, et dont la teneur a suscité la colère des internautes. Pour cause, plusieurs s’interrogent sur la nécessité de mettre au courant (l’ambassadrice de France) «d’une initiative économique et sociale qui concerne le Maroc». Ceci alors que «nous Marocains n’avons aucune information ou “point d’étape” sur l’avancée des travaux de la commission», rétorque un autre.

Un déferlement de critiques qui ont conduit à un recadrage de la commission. «Le président de la CSMD a échangé avec Madame Hélène le Gal, à sa demande, par vidéoconférence», souligne la commission. Ceci à l’instar «d’autres échanges précédents avec des ambassadeurs de pays amis et de représentants d’institutions internationales (…) l’occasion d’aborder les relations Maroc-France, et Afrique-Europe post-Covid, les conséquences de cette crise et les défis qu’elle pose, et l’approche participative inédite de la CSMD», insiste la commission sur Twitter.

Les travaux de la Commission devront être soumis à l’appréciation royale au plus tard début janvier 2021, après l’accord d’un délai supplémentaire de six mois. Ce délai additionnel a été accordé par le roi en vue de permettre à la CSMD «d’approfondir les différents volets du modèle de développement projeté et d’intégrer dans ses travaux les implications et transformations engendrées par la pandémie de la Covid-19, ainsi que les enseignements qu’il convient d’en tirer à moyen et long termes aussi bien à l’échelle nationale qu’internationale», un communiqué de la CSMD.