La cocaïne fait tomber un commissaire à Beni Mellal

C’était un des éléments phares de la brigade anti-stupéfiants à Souk Sebt dans les environs de Beni Mellal. Ce commissaire est en détention provisoire et risque gros pour son implication présumée dans le trafic de drogue dans la région. Les détails.

Le juge d’instruction de la cour d’appel de Beni Mellal s’apprête à entamer la troisième session du procès d’un commissaire et ancien  chef de la brigade anti-stupéfiants à Souk Sebt dans les environs de Beni-Mellal.

Dans son édition du mardi 25 février, Assabah rapporte que le mis en cause est poursuivi en état de détention provisoire pour falsification , violation du secret professionnel et trafic de drogue dure.

Le quotidien arabophone a appris de sources bien informées que le commissaire en question sera confronté à de nombreuses preuves. Le journal ajoute que ces éléments ont été obtenues et contrôlées par un technicien de la DST dans le cadre des investigations lancées sur la présumée implication du commissaire, avec un dealeur de drogue qui était activement recherché, dans le trafic de cocaïne.

Le journal rappelle que la police, qui avait ouvert une enquête sur les instructions du procureur général du roi à Beni Mellal, a fini par identifier près de 1762 appels téléphoniques passés entre les deux parties récemment, sans compter des messages écrits et des textes WhatsApp.

 

Lire aussi: Qui est Amine E, l’ancien policier impliqué dans le réseau de trafic de cocaïne de Harhoura?

 

Assabah a ajouté que la troisième session du procès mettra l’accent sur plusieurs points importants pour déterminer la nature de la relation suspecte entre le commissaire et le trafiquant de drogue.

Selon les sources du journal, le juge d’instruction de la chambre criminelle près de la cour d’appel de Beni Mellal sera contraint de faire une séance de face à face entre le commissaire en question et le dealeur de drogue, qui a finalement été condamné dans le cadre de la même affaire, à cinq ans de prison ferme.