Cocaïne de Harhoura: le cerveau du réseau interpellé aux Emirats

L’affaire d’une demi-tonne de cocaïne colombienne saisie en novembre dernier à Harhoura se rapproche de son dénouement. Le cerveau de cette gigantesque opération est enfin tombé dans les filets de la police judiciaire. Les détails. 

Nouveaux rebondissements après la saisie de près d’une demi-tonne de cocaïne à Harhoura. Après l’arrestation de plusieurs personnes impliquées dans cette affaire de trafic de drogue, le cerveau de l’opération a été récemment mis derrière les barreaux.

Selon Al Massae, qui rapporte cette information dans son édition du mardi 20 janvier, l’individu en question faisait objet d’un mandat d’arrêt international et a été interpellé récemment aux Émirats arabes unis.

« Il a été extradé au Maroc la semaine dernière avant d’être déféré devant le procureur du roi près la cour d’appel de Rabat samedi. Le mis en cause devrait livrer plusieurs détails sur le réseau, mais aussi sur le blanchiment de l’argent sale après avoir infiltré plusieurs concessionnaires de voitures de luxe », peut-on lire sur le journal.

13 personnes pousuivies

Pour sa part, Akhbar Al Yaoum a fait savoir que la justice a ordonné le placement du présumé coupable, né en 1982, en détention provisoire à la prison d’Al Arjat, aux côtés d’un gendarme également impliqué dans ce trafic.

Le quotidien arabophone rappelle que près de 13 personnes sont poursuivies dans le cadre de cette affaire, dont une femme, en état de liberté provisoire, et un ancien policier arrêté récemment après un mois de cavale.

Lire aussi: Trafic de cocaïne à Harhoura: un deuxième policier arrêté

 

Rappelons que l’opération menée en novembre 2019, conjointement par les éléments de la police judiciaire de Témara et de Casablanca, sur la base d’informations précises fournies par les services de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), a permis la saisie de 476 kilogrammes (kg) de cocaïne dans un appartement à Harhoura, aux environs de Rabat.

Les éléments de la police judiciaire avaient également saisi, lors des perquisitions, un fusil de chasse et 19 cartouches calibre 22 millimètres, des sommes d’argent en devises nationale et étrangère, une bombe lacrymogène, 12 montres de luxe, des bijoux, une caméra numérique, 3 carnets de chèques et une lettre de change comportant un montant de 1.200.000 dirhams, ainsi que des documents de voyages et des pièces d’identité et un 4×4.

La cocaïne, de qualité supérieure, provenait de Colombie. Les présumés coupables comptaient la revendre dans les environs de Bouznika et Témara.