Ce que contient le Manifeste de l’Indépendance célébré ce 11 janvier au Maroc

2156
DR.

Jour férié au Maroc, le 11 janvier correspond à l’anniversaire de la publication, en 1944, du Manifeste de l’Indépendance par les nationalistes. Ce document qui comprend dix revendications va changer le cours de l’histoire. 

En janvier 1944, le monde est à feu et à sang. Les alliés ont pris le contrôle de l’Afrique du Nord et s’apprêtent à envahir l’Europe, ultime étape avant la victoire finale sur l’Allemagne nazie et l’Italie fasciste. Le Maroc est toujours sous protectorat, mais la France est affaiblie. C’est le moment que choisissent soixante-sept membres du mouvement national, dont une femme (Malika El Fassi), pour signer et remettre aux autorités coloniales et aux grandes puissances (Etats-unis, Grande-Bretagne et Ex-Union soviétique) un manifeste réclamant la fin de la colonisation et l’indépendant pleine et entière du royaume.

Le document était révolutionnaire à bien des égards puisqu’il comprenait un ensemble de revendications politiques, dont celles qui ont trait à la politique générale et qui prévoient, entre autres, l’indépendance du Maroc sous le leadership du sultan Mohammed Ben Youssef. Il précisait également l’adhésion du Maroc à la Charte atlantique, laquelle avait reçu le soutien du président Roosevelt, qui soutenait les ambitions du Maroc de reconquérir sa liberté.

Voici le texte intégral du Manifeste de l’Indépendance: 

  1. Considérant que le Maroc a toujours constitué un État libre et souverain, et qu’il a conservé son indépendance pendant treize siècles jusqu’au moment où, dans les circonstances particulières, un régime de protectorat lui a été imposé
  2. Considérant que ce régime avait pour fin et pour raison d’être de doter le Maroc d’un ensemble de réformes administratives, financières et militaires, sans toucher à la souveraineté traditionnelle du peuple marocain sous l’égide de son Roi ;
  3. Considérant qu’à ce régime, les autorités du Protectorat ont substitué un régime d’administration directe et d’arbitre au profit de la colonie française, dont un fonctionnariat pléthorique et en grande partie superflu, et qu’elles n’ont pas tenté de concilier les divers intérêts en présence ;
  4. Considérant que c’est grâce à ce système que la colonie française a pu accaparer tous les pouvoirs et se rendre maîtresse des ressources vives du pays au détriment des autochtones ;
  5. Considérant que le régime ainsi établi a tenté de briser, par les moyens divers, l’unité du peuple marocain, a empêché les Marocains de participer de façon effective au gouvernement de leur pays et les a privés de toutes les libertés publiques individuelles ;
  6. Considérant que le monde traverse actuellement des circonstances autres que celles dans lesquelles le protectorat a été institué ;
  7. Considérant que le Maroc a participé de façon effective aux guerres mondiales aux côtés des Alliés, que ses troupes viennent d’accomplir des exploits qui ont suscité l’admiration de tous, aussi bien en France, qu’en Tunisie, en Corse, en Sicile et en Italie, et qu’on attend d’elles une participation plus étendue sur d’autres champs de bataille ;
  8. Considérant que les alliés qui versent leur sang pour la cause de la liberté, ont reconnu dans la Charte de l’Atlantique le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et qu’ils ont récemment, à la Conférence de Téhéran, proclamé leur réprobation de la doctrine qui prétend que le fort doit dominer le faible ;
  9. Considérant que les Alliés ont manifesté à différentes reprises leur sympathie à l’égard des peuples musulmans et qu’ils ont accordé l’indépendance à des peuples dont le patrimoine historique est moins riche que le nôtre, et dont le degré de civilisation est d’un niveau inférieur à celui du Maroc ;
  10. Considérant enfin que le Maroc constitue une unité homogène, qui, sous la Haute direction de son Souverain, prend conscience de ses droits et de ses devoirs, tant dans le domaine interne que dans le domaine international et sait apprécier les bienfaits des libertés démocratiques qui sont conformes aux principes de notre religion, et qui ont servi de fondement à la Constitution de tous les pays musulmans.