Casablanca: une dizaine de nouveaux bus déjà vandalisés, plusieurs interpellations

2753

À peine mis en circulation depuis hier, lundi 15 février, des actes de vandalisme ont déjà été constatés au niveau des nouveaux bus de Casablanca. La majorité des auteurs de ces actes ont été interpellés par la police.

Neuf actes de vandalisme ont été enregistrés, selon une source bien informée de nos confrères de Médias24. Le DG d’Alsa Al Baida Mehdi Safouane a toutefois précisé au média qu’il s’agissait de « beaucoup plus d’une dizaine de bus vandalisés un peu partout à Casablanca, au niveau de plusieurs préfectures ».

La page Facebook de l’arrondissement Maârif informe que parmi les lignes concernées, figurent la 143, reliant Attacharouk à El Oulfa, la 56, reliant Attacharouk à Maârif, et la 97, reliant le quartier Anassi à Maârif.

« Nos bus sont dotés de caméras de surveillance, qui ont pu identifier pratiquement la majorité des agresseurs, dont la plupart ont déjà été interpellés par la police », précise le DG d’Alsa. Selon la DGSN, un individu de 25 ans, soupçonné d’implication dans ces actes de vandalisme, a été arrêté samedi dernier, et deux autres personnes mineures, âgées de 16 et 17 ans, ont également été interpellées le weekend dernier. On ne connait pas encore le nombre total de personnes arrêtées dans le cadre de cette affaire.

Le même phénomène s’était produit lors de la mise en service des nouveaux bus à Rabat en 2019. Des actes de vandalisme avaient été recensés dès les premiers jours de circulation des nouveaux bus dans la capitale. L’un de ces auteurs avait été condamné à trois ans de prison ferme, une peine sévère pour dissuader les fauteurs de troubles de commettre leurs forfaits.

 

Lire aussi : Diapo. Les nouveaux bus de Casablanca déjà caillassés

 

En avril dernier, les bus provisoires rouges avaient également subi cinq incidents (jets de pierre, vitres cassées) en moins d’une semaine après leur lancement.

Selon Mehdi Safouane, « les personnes arrêtées doivent passer devant le procureur cette semaine, puis devant le tribunal, avant d’être jugées. Il y a donc plusieurs étapes à franchir ». Si ces actes persistent, ils risqueraient de détériorer la qualité du service rendu par les bus de la nouvelle flotte qui « sont pratiquement les mêmes que ceux qui existent dans les plus grandes capitales mondiales, pour un investissement colossal d’1,4 MMDH ».

En parallèle de ces incidents, des chauffeurs de grands taxis ont pris à partie certains de ces nouveaux bus sur le trajet Bouskoura-Casablanca. A cause de ce blocage de plus de deux heures, certains habitants de Bouskoura sont arrivés en retard sur leur lieu de travail, rapporte la page Facebook Save Casablanca sur laquelle les internautes n’ont pas manqué de témoigner leur indignation.

Ces chauffeurs de taxis craignent la concurrence de ces nouveaux bus au confort attractif (espaces entre les sièges, climatisation, wifi à bord, etc.) pour un trajet ne dépassant pas le prix de 8 DH, contre 20 ou 30 DH l’aller-retour le transport en grand taxi.

En attendant, un appel au boycott des grands taxis concernés a été lancé sur Save Casablanca.