Casablanca: pour se faire payer, une clinique réclame les organes d’un patient

à 13:21

Dans une clinique à Casablanca, la famille d'un malade a été surprise par le staff de la clinique qui lui proposait de céder des organes de leur proche en contrepartie d’une exemption des frais d’hospitalisation.

Victime d’un grave accident de la route à Mohammedia, un blessé grave a été dirigé vers une clinique privée à Casablanca sous recommandation d'un ambulancier.

"Après l'accident, on l'avait d'abord transporté à l'hôpital Moulay Abdellah (Mohammedia), mais ils nous ont dit qu'ils ne disposaient pas de l'équipement nécessaire et qu'on devait l’emmener au CHU Ibn Rochd à Casablanca", se rappelle un proche du défunt. "Mais l'ambulancier qui nous transportait à Casablanca nous a dit qu'il valait mieux l’emmener à une clinique privée qu'il connaissait bien si l'on voulait le sauver", ajoute-t-il.

 

Lire aussi: Décès d’un nourrisson dans une clinique de Rabat: Doukkali écarte la piste du vaccin défectueux

 

Désespérée, la famille accepte la proposition. Une fois à la clinique, on leur demande de déposer un chèque de garantie d'une valeur de 50.000 DH. Après plusieurs analyses, on le jeune homme est place dans le service de réanimation. Le docteur en charge du patient rassure les proches du jeune homme en leur affirmant que ce dernier subirait une opération du cerveau le lendemain et qu’il n’y  aucune raison de s’inquiéter, informe le quotidien Assabah daté du vendredi 24 mai.

 

Lire aussi: Drame à Casa: le patient d'une clinique meurt carbonisé après un incendie

 

Le lendemain, le staff de la clinique change de discours affirmant que le jeune homme est entre la vie et la mort et que ses chances pour s'en sortir sont minimes. L'hôpital refuse toutefois de remettre le corps à la famille. Après 36 heures, la facture s'élève à 230.000 DH. Un montant que la famille ne pouvait pas payer. "Un médecin anesthésiste vient alors nous voir et nous propose de céder des organes, comme le cœur et récupérer le corps juste après en échange", raconte un proche de la famille. Selon Assabah, le malade serait toujours à la clinique en état de mort cérébrale.