Casablanca: la SDL Casa Patrimoine renaît de ses cendres

à 14:37
La villa Karl Fick, en cours de réhabilitation par Casa Aménagement. DR

Alors que Casa Patrimoine était au bord de la liquidation, le Conseil d'administration, présidé par le wali de la ville, a sauvé la SDL en lui attribuant un nouveau modèle économique et en requalifiant ses missions. 

La SDL, née d'une convention signée devant le roi Mohammed VI en 2014, s'allège désormais de certaines responsabilités qui plombaient son activité, nous apprend L’Économiste dans son édition du 8 février. Ainsi, les grands travaux de restauration et de réhabilitation des édifices reviennent à la charge de Casa Aménagement, familière des chantiers conséquents, rappelle le quotidien.

Les activités de la SDL se recentreront sur la promotion du patrimoine culturel, via des études stratégiques, la requalification des espaces publics et paysagers, la revalorisation des édifices historiques et de la valeur patrimoniale de la ville et sa région.

Lire aussi : Vidéo. A quoi ressemblera Casablanca en 2019?

Taoufik Naciri, nouveau directeur de la SDL depuis quatre mois, détaille le nouveau plan d'action articulé autour de trois axes essentiels: la connaissance du patrimoine pour en faire un inventaire exhaustif; sa promotion à l'échelle régionale, nationale et internationale, et enfin; la promotion de la culture.

Pour ce dernier objectif, 25 millions de DH ont été accordés par la ville, rapporte L’Économiste. De plus, un accord avec la Royal Air Maroc projette de produire une série de capsules promotionnelles pour diffusion dans les avions, affichage dans les aéroports et dans le magazine de la compagnie aérienne.

Lire aussi : L'image du Jour. Quand la Koutoubia est présentée comme un patrimoine algérien aux Emirats

Dans cette même dynamique, des conventions ont été signées entre la SDL et le ministère de la Culture ou encore l'Institut national des sciences de l'archéologie et du patrimoine (INSAP).

Taoufik Naciri, ex-secrétaire général de la wilaya de Casablanca-Settat, semble bien connaître le terrain et ne cache pas son optimisme face à ce grand projet d'inventaire du patrimoine régional. Il affirme à nos confrères que le répertoire du patrimoine matériel sera entamé la semaine prochaine, ainsi que le patrimoine paysager, à la suite d'une convention avec le Haut commissariat aux eaux et forêts.

Enfin, un pôle dédié aux industries créatives et culturelles est en cours de réflexion, avec l'appui d'instances internationales telles que l'UNESCO, l'ICOMOS (Conseil international des monuments et des sites) et l'ONUDI (Organisation des Nations unies pour le développement industriel).

Des quartiers de création et d'espaces publics d'expression artistiques devraient être mis en place à Casablanca qui concentre 65% des parts des industries créatives et culturelles. En ce sens, Casa Patrimoine aura la charge de récupérer les sites en cours de réhabilitation par Casa Aménagement comme l'ex-église du Sacré cœur ou la villa Karl Fick, dans le but de penser un projet d'animation des espaces, soit en gestion directe, soit dans le cadre d'un partenariat public-privé, conclut L’Économiste.