Casablanca: des « Ouled lefchouch » torturent un mendiant et violent deux jeunes femmes

325

Une enquête menée par la police judiciaire de Ain chok a révélé que des « Ouled lefchouch » (fils de bourges, NDLR) avaient séquestré et torturé un mendiant, mais aussi kidnappé et violé deux jeunes femmes. Les détails.

C’est une affaire sordide que révèle Assabah dans son édition du mercredi 6 mars. Alors qu’ils enquêtaient sur une affaire de la séquestration et de torture d’un mendiant à Ain Chok, la police judiciaire découvre qu’elle avait affaire à des « Ouled lefchouch » qui comptaient plusieurs délits à leurs actifs. Après avoir perquisitionné la villa concernée de Ain Chok où résidait l’un d’eux et où était séquestré le mendiant, la police découvre que deux jeunes femmes faisaient également partie des victimes de ces fils de “bonne famille”.

 

Lire aussi: Condamné à 2 ans de prison, "Moul Ferrari" à nouveau devant les juges

 

Les deux femmes dont l’une est ingénieur, découvertes lors de la perquisition de la villa, ont révélé qu’elles avaient été kidnappées puis violées par les accusés. Ces derniers les auraient également filmées et les auraient exploitées sexuellement durant deux mois. Les jeunes femmes n’ont pas prévenu les autorités, craignant pour leur réputation, leurs bourreaux les ayant menacé de divulguer les vidéos sur les réseaux sociaux,. 

 

Lire aussi: Vidéo. Affaire «Weld L'fchouch»: Hamza Derhem acquitté

 

Selon le quotidien, l’affaire aurait éclaté lorsque l’un des complices a décidé de prévenir la police craignant le pire pour la santé du mendiant qui était dans un état critique. Les accusés l’ayant roué de coups sous l’effet de la cocaïne. Ce complice s’est par la suite enfui et la police est toujours à sa poursuite.

A Imintanoute, dans la région de Marrakech, un autre Oueld Lefchouch a par ailleurs agressé violemment un médecin, sous prétexte que celui-ci l’a doublé en voiture, selon Al Massae. Son agresseur n’était autre que le fils d’un riche homme d’affaires de la région. Il a été arrêté quelques heures après l’agression et a placé en garde à vue.