Casablanca: accusés d’inaction dans une affaire d’agression, les services de police démentent

202
(c)AFP

La préfecture de police de Casablanca a démenti des accusations selon lesquelles ses services n’ont pas engagé les procédures juridiques d’usage au sujet d’une plainte pour agression à l’arme blanche.

«Une page sur les réseaux sociaux a publié une vidéo d’un individu présentant une blessure au niveau du visage, arguant qu’il a été agressé à l’arme blanche par une personne et prétendant que les services de police territorialement compétents n’ont pas engagé les procédures judiciaires d’usage même si une plainte a été déposée à ce sujet», indique un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).

La préfecture de police de Casablanca affirme que le commissariat de Hay Essalam relevant du district de Bernoussi a reçu, dans la nuit du 12 au 13 juin, une plainte pour coups et blessures à l’arme blanche déposée par la personne, qui apparaît dans la vidéo en question, contre un individu qui avait un problème de voisinage avec l’un des membres de sa famille, indique le communiqué.

Les investigations menées par les services de police se sont soldées par l’interpellation de l’individu objet de la plainte en date du 15 juin. Il s’agit d’un homme de 34 ans qui a été placé en garde à vue et présenté devant le parquet compétent samedi 17 juin dans la matinée.

«La préfecture de police de Casablanca qui tient à démentir toutes les accusations à l’encontre de ses services contenues dans cette vidéo, affirme en revanche que la personne objet de la plainte a été arrêtée et déférée devant le parquet conformément à la loi et aux mesures procédurales», conclut le communiqué.

 

Avec MAP