Boycott: la contre-attaque de Sidi Ali

28527
Meriem Bensalah Cheqroun. Crédit: DR.

Visite guidée dans la source de Sidi Ali, diffusion de spots publicitaires lors d’un match du FC Barcelone… Sidi Ali prend les devants pour gagner la bataille de la communication sur les réseaux sociaux. Les détails.
Les spin doctors de Sidi Ali semblent fixer un plan de contre-attaque pour sauver l’image de marque du produit, dévastée par la campagne de boycott. Une stratégie orientée principalement vers les réseaux sociaux devenus l’agora de cette campagne inédite dans l’histoire du Maroc indépendant.
D’emblée, la compagnie a choisi de démonter ce qu’elle a qualifié de «fausses informations qui circulent sur les réseaux sociaux» au sujet de la source Sidi Ali.
Dans un communiqué posté sur Facebook, la société «Les Eaux Minérales d’Oulmès» a précisé que l’eau Sidi Ali provient d’une source qui conserve strictement son débit, sa composition chimique et ses propriétés d’eau minérale naturelle».

«Notre entreprise est soumise aux dispositions règlementaires, notamment celles de la Loi 36-15 sur l’Eau. À ce titre, elle est rigoureusement contrôlée chaque année par les Services de l’Agence du Bassin Hydraulique du Bouregreg et de la Chaouia, pour le respect du débit prélevé lors du pompage. Elle est également contrôlée par le Département de la Santé (DELM/INH), qui délivre l’autorisation d’exploitation et l’agrément sanitaire, après inspection des installations et des équipements techniques et le contrôle qualitatif de nos eaux. Elle est aussi contrôlée par l’Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires (ONSSA), qui assure le suivi qualitatif au niveau des circuits de distribution», peut-on lire dans le communiqué.
Lire aussi: Boycott: voici la lettre de protestation adressée par El Othmani au directeur de 2M
Quant à la qualité de l’eau, le communiqué précise en guise de caution scientifique que les Eaux Minérales d’Oulmès se soumettent volontairement à des audits auprès d’organismes internationaux indépendants, qui lui ont décerné quatre certifications: ISO 22 000 pour la sécurité des aliments, ISO 9001 pour la qualité, ISO 14 001 pour l’environnement et OHSAS 18 001 pour la santé et la sécurité de son personnel.
Gagner les cœurs et les esprits
Pour convaincre les consommateurs, Sidi Ali a osé une démarche inédite: inviter ceux qui le souhaitent à venir visiter la source Sidi Ali Cherif, située à Tarmilat. Au menu: une visite de la source, découverte des installations et même une discussion avec les employés sur place. Des navettes seront particulièrement mises à la disposition des visiteurs en partance de Rabat et Casablanca.

Pour reconquérir les consommateurs, quoi de mieux que de jouer la carte du football, surtout quand il s’agit d’un match du FC Barcelone qui a affronté Levante le weekend dernier. Les matchs du club catalan étant très regardés au Maroc, la compagnie en a profité pour redorer son blason auprès des fans marocains de la Liga. Finalement, le FC Barcelone s’est incliné pour la première fois de la saison par le score de 5 buts à 4. Mauvaise pioche !


 
Mais qu’en est-il de l’efficacité de ces démarches? S’il est trop tôt pour mesurer les retombées de cette stratégie de communication de la société «Les Eaux Minérales d’Oulmès», on peut avancer que pour le moment, la position des tenants du boycott de Sidi Ali n’a pas bougé d’un iota et les nombreux commentaires de l’invitation de Sidi Ali se résument à une répétition du mot d’ordre du boycott et le rappel que la société doit baisser le prix de son produit.