Bouskoura: des villas construites sur une ancienne carrière de sable menacées

Crédit: DR.

Le spectre d’un nouveau scandale immobilier plane sur la ville de Bouskoura. Les travaux de construction de villas en lieu et place d’une ancienne carrière de sable d’une profondeur de 30 mètres ont commencé malgré le risque d’effondrement.

Un nouveau scandale immobilier vient d’éclater dans la banlieue casablancaise. Les travaux de construction de villas sur une carrière de sable ont été lancés, malgré les risques.

Des panneaux publicitaires ont été placés aux abords de l’ancienne carrière et les ventes ont commencé en parallèle avec les opérations de déblais des décombres, rapporte Assabah dans son édition du mercredi 26 février.

Selon le quotidien, les normes exigées dans les cahiers des charges de réaménagement imposent des conditions rigoureuses qui n’ont pas été respectées. Il s’agit, entre autres, de l’usage d’une sorte de pierre spécifique dans les travaux de comblement (remblai) et le respect du délai de 10 ans après la fermeture de la carrière avant de pouvoir y construire.

Le risque d’effondrement est réel étant donné que les biens immobiliers seront construits sur un vide en sous-sol, qui peut se dégrader, remonter en surface, entraîner des fissures et causer un effondrement du terrain.

 

Lire aussi: Diapo. Scandale de la corniche de Safi: la BNPJ prend les dépositions des lanceurs d’alertes

 

Ce chantier a été lancé alors que les constructions avoisinantes ont été abandonnées par leurs propriétaires à cause de la non-conformité des matières utilisées dans leur construction et de la dangerosité de l’envireonnement.

Le risque d’effondrement s’avère encore plus grand quand on s’aperçoit que le chantier ne se situe pas loin des abords de l’Oued Bouskoura  dans la Commune Ouled Malek, ajoute la même source.

Assabah précise que malgré l’inévitable arrêt du chantier, le président de la commune a validé le projet.

Dans ce sillage, certains élus ont exprimé leur étonnement après que le promoteur a été autorisé à lancer sa commercialisation.

D’après la même source, ce projet appartient à une «amicale» immobilière qui s’accapare plus de 120 ha dans le territoire de la Commune de Ouled Malek et qui profite des avantages de l’habitat solidaire pour réaliser des bénéfices énormes.