Bousculade mortelle d’Essaouira: qui est le « bienfaiteur » à l’origine de la distribution de denrées?

19775

Quinze personnes ont été tuées et cinq autres blessées dans la bousculade survenue ce dimanche, lors d’une opération de distribution de denrées alimentaires organisée par une association locale dans le Souk hebdomadaire de la commune de Sidi Boulalam. L’organisateur de cette distribution, Abdelkabir El Hadidi, est un imam très connu dans le quartier chic de Californie à Casablanca. Zoom sur ce « bienfaiteur » à l’origine d’une distribution qui a viré au drame.

Comme Omar El Kazabiri à la mosquée Hassan II, Abdelkabir El Hadidi est une star auprès d’une certaine bourgeoisie casablancaise. Au quartier Californie où il est présent depuis dix années, plusieurs centaines de personnes se mettent derrière lui chaque vendredi à la mosquée d’Assabil et durant le mois de Ramadan, le nombre de ces pratiquants double, bloquant ainsi les ruelles autour de la mosquée.

Imam de père en fils

Abdelkabir El Hadidi est natif de Regraga, douar très connu de la région des tribus Chiadma située entre Safi et Essaouira. Ce douar est réputé depuis toujours pour son influence religieuse prédominante dans la région des Chiadma. El Hadidi a lui-même vu le jour en 1963 dans une famille pieuse, son père était un imam du douar et ses frères des lecteurs assidus du Coran.

 

Moqrie du roi

Diplômé vers la fin des années 80 de l’institut islamique de la formation des cadres à Casablanca, l’imam El Hadidi a décroché en 1991 le prix Hassan II de la l’apprentissage et la bonne lecture du coran. L’homme qui organise depuis cinq ans des denrées alimentaires à Sidi Bouaalem a été chargé par la SNRT d’enregistrer toutes les sourates du coran pour le compte du mois de Ramadan de 2004.

El Hadidi acquiert sa notoriété auprès de l’État en 2013, lorsqu’il est chargé d’enregistrer la bande coranique présentée officiellement au roi Mohammed VI, la première depuis le début de son règne.

La baraka du miel et du Coran

Durant sa première année à la mosquée Assabil à Casablanca, El Hadidi est atteint d’une grave inflammation dans sa gorge. L’imam perd pendant plusieurs jours sa voix, « la maladie m’empêchait de travailler, j’ai fait une opération qui a vu l’échec (…) moi, ma famille et les gens qui me connaissent étaient tristes de mon sort. Durant une de ces soirées, je suis tombé sur un Hadith qui dit: je vous recommande le miel et le coran », j’ai suivi l’instruction de Dieu pendant des jours en prenant chaque nuit du miel et en enchaînant la lecture du coran, un jour le mot « Allahou Akbar » sort de ma bouche, j’étais ému. Dieu m’a permis de parler une nouvelle fois, après que la médecine et la science ont échoué », confie l’imam en 2014, au quotidien Al Massae.