Bourita: le Maroc attaché à une solution politique en Libye

Nasser Bourita a représenté le Maroc à la conférence internationale sur la Libye tenue à Paris. Il a réaffirmé l’attachement du royaume à une solution politique qui permette à la Libye de retrouver sa stabilité.
Nasser Bourita, ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale a réaffirmé, mardi, à Paris l’attachement du Maroc à une solution politique, consensuelle et durable, qui permette à la Libye de retrouver sa stabilité, dans le cadre de son unité indivisible, de sa souveraineté irréfragable et son intégrité territoriale pleine et entière.
Dans un discours devant la conférence internationale sur la Libye tenue à l’Elysée, sous l’égide de l’ONU. Le ministre a souligné l’engagement du Royaume au côté de la Libye et de son peuple et son souci constant de voir ce pays frère retrouver le chemin de la paix, de la stabilité et du développement.
«Le Maghreb a besoin d’une Libye stable, comme l’Europe a besoin d’un Maghreb stable», a insisté M. Bourita qui, au début de son intervention, a transmis aux participants les salutations de SM le Roi Mohammed VI qui, a-t-il dit, «suit avec la plus grande attention les développements de la situation en Libye, et qui apporte tout son soutien à la conférence sur a Libye».
Bourita rendu un hommage appuyé à la France pour les efforts déployés pour aller de l’avant vers la résolution de la crise en Libye. Le ministre a observé que cette conférence tombe à point nommé pour rappeler que le statu quo ne saurait être une option et que les déchirements fratricides qui traversent la Libye ne sont pas une fatalité et que le prolongement du conflit dans ce pays frère n’est pas une raison pour s’en accommoder.
«Bien au contraire, c’est une motivation continue pour redoubler d’effort afin de rapprocher les protagonistes libyens», a affirmé M. Bourita en réitérant l’attachement du Maroc à une solution politique, consensuelle et durable, laquelle, a-t-il dit, «doit être l’horizon et la perspective de tous les efforts de règlement en Libye».
«C’est vers elle qu’on se doit d’orienter et de canaliser l’action internationale pour la Libye», a insisté le ministre qui a salué également, à cette occasion, le dynamisme volontariste de l’envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU pour la Libye, Ghassan Salamé.
Le ministre a insisté également sur l’impératif de la poursuite de l’engagement de la communauté internationale, «en même temps que doivent cesser les interférences nuisibles à l’entente des protagonistes libyens».
«Le Maroc sera au côté de la Libye et de son peuple. Il n’a pas d’agenda caché, ni d’intérêts autres que celui de la Libye elle-même : retrouver le chemin de la paix, de la stabilité et du développement», a-t-il souligné. «Car, le Maghreb a besoin d’une Libye stable, comme l’Europe a besoin d’un Maghreb stable», a conclu le ministre.
Dans une déclaration lue à l’issue de la conférence, les quatre responsables libyens présents se sont engagés à travailler ensemble pour que des élections législatives et présidentielles se tiennent le 10 décembre. Une vingtaine de pays et quatre organisations internationales (Union européenne, Onu, Union africaine et Ligue arabe) étaient représentés à cette conférence.