Bouachrine: «j’ai refusé une offre alléchante deux mois avant mon arrestation»

7679
Crédit: DR.

Le directeur de publication d’Akhbar Al Yaoum, accusé de viol et de traite humaine, a laissé entendre dans un post sur sa page Facebook que son arrestation était le fruit d’une cabale lancée contre lui.
Malgré son incarcération à la prison d’Ain El Borja, Toufik Bouachrine, le directeur de publication d’Akhbar Al Yaoum vient de signer un post sur sa page Facebook. Le journaliste accusé de viol et de traite humaine explique que son arrestation est un acte de vengeance.
«J’avais d’autres choix que de croupir en prison», a commencé le directeur de publication, avant de poursuivre: «j’ai reçu, deux mois avant mon incarcération une offre alléchante et j’ai des témoins qui peuvent le confirmer». Bouachrine affirme avoir décliné l’offre et a expliqué aux intéressés qu’«il n’est pas dans l’intérêt du pays que l’ensemble de la presse soit sur la même longueur d’onde».

Pour lui, le journaliste se doit d’être «un chien de garde» quand il se ressent un danger qui guette l’ensemble de la communauté. Bouachrine affirme que ses interlocuteurs lui ont dit d’assumer la responsabilité, car «le bras du pouvoir est long» et que Bouachrine ne disposait pas d’une couverture partisane ou syndicale.
Les mêmes interlocuteurs ont assuré au directeur de publication, selon le même post, que les journalistes seraient les premiers à le dénigrer et l’enfoncer.