Bénévoles belges: l'association décide d'annuler ses prochains camps d'été au Maroc

à 12:44

A la suite des menaces de décapitation d'un instituteur sur les réseaux sociaux envers des bénévoles portant des shorts sur un chantier dans la région de Taroudant, l'association Booworde a pris la décision d'annuler ses prochaines missions au Maroc cet été. 

Sur son site, l'association à but non lucratif flamande a publié hier un communiqué annonçant avoir pris contact avec l'ambassade belge au Maroc. Bien que l'institution diplomatique "assure que la sécurité des volontaires qui se trouvent encore au Maroc est assurée par le gouvernement marocain, notamment par la présence de la gendarmerie", elle conseille également à l'association "de ne pas autoriser un nouveau groupe à se rendre au Maroc dans les circonstances actuelles et compte tenu de la grande médiatisation de l'affaire".

 

Lire aussi : Bénévoles belges: S(H)ORTONS-LES !, un appel pour dire non "aux propagateurs de la haine"

 

Un conseil que Booworde a décidé de suivre. Ses prochaines missions prévues dans le royaume sont désormais annulées. L'association informe également que parmi les 37 jeunes du groupe actuel, trois ont souhaité rentrer plus tôt dans leur pays. "Bouworde fera tout le nécessaire pour organiser leur retour", lit-on sur leur site.

Pour rappel, Bouworde travaille dans la région de Taroudant depuis plus de 15 ans pour renforcer les ressources de la population locale grâce à "la construction de canaux de distribution d’eau, d’écoles et de centres pour femmes". L'ASBL agit "à la demande des responsables des villages locaux et en étroite collaboration avec eux", précise-t-elle.

 

Lire aussi : Diapo. Taroudant: les bénévoles belges investies depuis plusieurs années dans le développement de la région

 

L'instituteur de 26 ans à l'origine de ses menaces sur Facebook a été arrêté ce lundi par la Brigade nationale de la police judiciaire, en étroite coordination avec les services de la Direction générale de la surveillance du territoire, pour son implication présumée dans une affaire d'apologie et d'incitation à des actes terroristes.