Belgique: un criminel marocain radicalisé libéré après le refus de Rabat de le rapatrier

105
- Exercice pratique de la première Casualty Extraction Team, en présence du ministre Jan Jambon - Praktijkoefening van het eerste Casualty Extraction Team, i.a.v. minister Jan Jambon 4/7/2017 pict. by Didier Lebrun © Photo News

Le royaume a rejeté la demande de rapatriement des autorités belges d’un Marocain qui a purgé une peine de 17 ans de prison.

Condamné pour des délits liés à la drogue, Mustapha Bali a purgé une peine de 17 ans d’emprisonnement. Une période durant laquelle il se serait radicalisé selon le site Het Laatste Nieuws. En mai dernier, Bali avait écopé d’une nouvelle condamnation de trois ans de prison pour avoir violé une jeune handicapée mentale.

 

Lire aussi: Belgique: la justice ordonne à l'Etat de rapatrier six enfants de Syrie

 

La même source précise qu’il y a huit mois, l’ancien secrétaire d’État belge Theo Francken lui avait retiré son titre de séjour et exigé son expulsion vers son pays d’origine. Les autorités marocaines auraient cependant refusé de fournir les documents nécessaires à son rapatriement. Bali circulerait actuellement en toute liberté en Belgique, sa durée de rétention maximale ayant été atteinte.

 

Lire aussi: La Belgique craint une «nouvelle vague de djihadisme»

 

Il est toutefois fort probable que Mustapha Bali retourne en prison afin d’y purger la peine de trois ans dont il a écopé l’année dernière. «Nous avons interjeté appel contre ce jugement. Dans l’attente du procès, il est libre», a précisé son avocat Bart Vosters.

Il est à noter que la Belgique est l’un des plus grands pourvoyeurs de combattants terroristes qui se rendent en Syrie pour rejoindre les camps de Daech.