Azithromycine: le Centre antipoison alerte sur de potentiels surdosages

2057
Image d'illustration.

Le Centre antipoison et de pharmacovigilance alerte sur des erreurs médicamenteuses liées à l’administration de l’azithromycine dans le cadre du protocole bithérapeutique choisi comme traitement contre le covid-19 par le ministère de la Santé.  

Le Centre antipoison et de pharmacovigilance a adressé une lettre datée du 7 mai dernier aux directeurs régionaux de la Santé ainsi qu’aux directeurs des centres hospitaliers universitaires (CHU), rapporte ce jour L’Economiste. Le Centre a en effet reçu des notifications concernant des erreurs liées à l’administration de l’azithromycine dans le cadre du traitement bithérapeutique choisi par le ministère de la Santé pour soigner les patients atteints du covid-19.

Les deux erreurs signalées sont les suivantes: l’administration de l’azithromycine 2 fois/jour en association avec la chloroquine ou 3 fois/jour quand il s’agit de l’hydroxychloroquine; et l’administration de l’azithromycine 500 mg/jour pendant les 7 jours du traitement en raison de la disponibilité dans certains hôpitaux uniquement de la forme non sécable de ce médicament.

Le Centre rappelle ainsi les directeurs régionaux de la Santé et ceux des CHU de respecter la posologie de l’azithromycine prescrite dans le protocole bithérapeutique du ministère, à savoir 500 mg le premier jour, puis 250 mg du 2e au 7e jour.

 

Lire aussi : Vidéo. Au cœur du CHU de Casablanca (2/4): Pr. Marhoum fait le point sur le covid-19 au Maroc

 

« Ces erreurs pourraient entraîner des surdosages en azithromycine qui potentialiseraient les effets indésirables cardiaques de la chloroquine et de l’hydroxychloroquine », prévient le Centre antipoison et de pharmacovigilance dans la note adressée aux responsables des hôpitaux, relayée par nos confrères.

Il invite ainsi à  « expliquer de manière claire et précise au patient les doses et le rythme d’administration pour chaque médicament et mettre à sa disposition les comprimés correspondant à une dose journalière pour chaque médicament du protocole ». Pour ce faire, il recommande également d’ « assurer la disponibilité de la forme d’azithromycine 250 mg, ou dans le cas échéant l’azithromycine 500 mg sécable, dans les centres de prise en charge du covid-19 ».

Pour rappel, le Maroc a choisi de standardiser à échelle nationale le traitement de la bithérapie à base de sulfate de chloroquine/hydroxychloroquine avec l’azithromycine. Un protocole médicamenteux qui a rendu « de bons résultats », selon Khalid Ait Taleb, ministre de la Santé, qui témoigne une diminution de « la charge virale très rapidement ».