Attentats de Casablanca: reprise du procès en appel de Said Mansour

1230
Said Mansour, l’un des cerveaux des attentats suicides du 16 mai 2003 à Casablanca./ (Photo: Carl Redhead/Ritzau Scanpix)

Plus de 17 ans après les attentats meurtriers de Casablanca, le procès en appel de l’un des cerveaux de l’attaque va débuter.

Le procès en appel contre Said Mansour, l’un des cerveaux des attentats-suicides du 16 mai 2003 à Casablanca devrait bientôt être déféré devant la deuxième Chambre criminelle auprès de la Cour d’appel de Casablanca, rapporte le quotidien Akhbar Al Yaoum.

Lundi 19 octobre de l’année courante, l’accusé avait été condamné à la peine de mort pour  «participation à une tentative d’assassinat» et «participation à une tentative de destruction de biens publics avec des explosifs».

Said Mansour qui d’ailleurs faisait l’objet d’un mandat d’arrêt international, émis quelques mois avant les attentats de Casablanca, est accusé d’être l’un des cerveaux des attaques de Casablanca, orchestrés par une dizaine de terroristes originaires du bidonville Tomas du quartier Sidi Moumen.

 

Lire aussi: Diapo. Il y a 16 ans, Casablanca était frappée par des attentats

 

Aujourd’hui âgé de 60 ans, Said Mansour habitait aux moments des faits au Danemark. Depuis la capitale, où il résidait depuis 1984, le «terroriste» entretenait des liens avec divers groupes radicalisés, écrit le quotidien arabophone.

Son extradition vers le Maroc a été longue, car ce n’est qu’en 2019 que le Maroc et le Danemark parviennent à un accord. Avant cela, Said Mansour a été commandé à quatre ans de prison, étant accusé de propagande du groupe terroriste Al-Qaida dans son pays d’accueil. En 2016, ce Marocain sera d’ailleurs le premier binational à être déchu de la nationalité danoise dans l’histoire du pays nordique.

Pour rappel, les attentats du 16 mai ont fait un total de 41 victimes et une centaine de blessés. Les explosions ont visé des lieux soigneusement sélectionnés par les terroristes: un hôtel et un restaurant accueillant des clients étrangers, le bâtiment de l’alliance israélite, le cimetière juif de la ville ainsi que le consulat de Belgique.