AstraZeneca, premier vaccin distribué au Maroc?

5111
AFP

Alors que le ministre de la Santé Khaled Ait Taleb a signé la semaine dernière l’autorisation temporaire d’utilisation d’urgence du vaccin Covidshield fabriqué par AstraZeneca, tout porte à croire que ce dernier devrait être le premier utilisé au Maroc.

L’annonce cet été des conventions signées avec le laboratoire Sinopharm avait porté à croire que le vaccin chinois serait le premier utilisé sur le marché marocain. Or, son dossier d’approbation est encore à l’étude par la Commission nationale d’autorisation de mise sur le marché.

Revirement de situation, le 6 janvier dernier, Ait Taleb, a signé l’autorisation temporaire (12 mois) d’utilisation d’urgence du vaccin Covidshield fabriqué par AstraZeneca. Cela pourrait donc être le premier vaccin administré au Maroc contre le coronavirus.

Fabriqué en Inde, le vaccin AstraZeneca se compose de deux doses distinctes de 0,5 ml chacune, à injecter de préférence dans le muscle deltoïde. La deuxième dose doit être administrée entre 4 et 12 semaines après la première dose. Il s’agit du premier vaccin à voir ses résultats d’efficacité validés par une revue scientifique, The Lancet.

 

Un million de doses vendredi prochain?

 

Selon un professionnel de la Santé publique joint par nos confrères de Le360, le royaume devrait recevoir un premier lot d’un million de doses de vaccins AstraZeneca, vendredi 15 janvier. Le ministre de la Santé est resté « très prudent dans ses propos », « confirmant implicitement la confidence ». « Je ne veux pas vous annoncer de date. Tout ce que je peux dire, c’est que nous aurons de la visibilité dans trois jours », soutient-il au média.

 

Lire aussi : Le Maroc autorise l’utilisation du vaccin d’AstraZeneca

 

Concernant le vaccin chinois, le flou demeure. Le professionnel de la Santé publique s’interroge sur le retard de livraison d’un vaccin pour lequel le Maroc devait normalement être prioritaire. Le Maroc « n’a-t-il pas bien négocié avec le laboratoire chinois? », émet-il comme hypothèse, soulignant « la rude concurrence qui se joue à l’international ». De leurs côtés, les Emirats, l’Egypte et le Bahrein ont déjà reçu des doses du vaccin Sinopharm.

Un autre spécialiste suggère que la question soit abordée publiquement au Parlement: « Il faut qu’une question orale soit posée d’urgence au ministre dans l’hémicycle. Car ce qui est en jeu aujourd’hui, c’est la crédibilité de toute la campagne de vaccination (…). Le citoyen a le droit d’être informé, c’est un droit constitutionnel ».

Pour rappel, le Maroc avait signé deux partenariats avec des groupes pharmaceutiques pour son approvionnement en vaccins, l’un avec le chinois Sinopharm, l’autre avec la société R-Pharm, sous licence du laboratoire suédo-britannique AstraZeneca,

Le partenariat signé avec le fabricant chinois prévoit l’acquisition par le royaume de 10 millions de doses, celui de AstraZeneca, 17 millions de doses, avec en option, 3 millions de doses supplémentaires.