Assemblée générale du MUR: vers un divorce avec le PJD ?

886

Le Mouvement unicité et réforme (MUR), la matrice idéologique du PJD, tient, à partir d’aujourd’hui et durant trois jours à Rabat, sa sixième assemblée générale. À l’ordre du jour, l’élection d’un nouveau chef et la mise à jour de la charte constitutive du mouvement en vue d’un renforcement de la vocation de prédication et une prise de distance  avec le PJD.
Évènement phare du Mouvement unicité et réforme (MUR), l’assemblée générale ordinaire a démarré aujourd’hui à 17h, au théâtre Mohammed V à Rabat, avec la participation de 600 congressistes venus de toutes les régions du Royaume, principalement pour élire un nouveau président du mouvement parmi cinq candidats, dont le président sortant Abderrahim Chikhi.
Le rassemblement du MUR sera également marqué par la présence de représentations d’associations islamiques venues de Tunisie, d’Algérie, de Libye, du Soudan, du Mali, du Tchad, de Côte d’Ivoire, de Gambie et du Sénégal. Une occasion pour ces associations de nouer des partenariats avec le MUR. Parmi les guest-stars, on retrouve Mohamed Abbadi, le SG d’Al Adl Wa Al Ihsan, et Fathallah Arsalane le porte-parole de la Jamaâ.
Dépolitiser le mouvement
Pour cette 6e assemblée, les observateurs prévoient une refonte des principes régissant les relations entre le MUR et le Parti Justice et Développement (PJD), qui mène le gouvernement depuis 2011. « C’est un rendez-vous ordinaire où nous allons procéder à l’évaluation de l’étape précédente et la déclinaison des orientations de la prochaine étape. Cette assemblée se caractérise par la volonté du mouvement de renforcer notre vocation de prédication, d’éducation, de sensibilisation et de réforme sociale, qui croit en l’approche politique sans s’y impliquer. Objectif, préciser la distinction entre les deux entités et préserver l’identité idéologique du MUR », affirme à H24 le président sortant Abderrahim Chikhi. « Le MUR prend ses distances de tout ce qui a trait à la politique partisane et non à la politique en elle-même », précise-t-il.

Le MUR entrevoit ainsi une prise de distance avec le parti de la majorité gouvernementale dirigé par Saâd Eddine El Othmani. Pour cause, le PJD se trouve depuis des mois au cœur d’un tumulte politique. L’orientation actuelle du MUR serait de se démarquer de la politique en renforçant sa vocation prédicative.
Les dirigeants du mouvement prévoient la mise en avant du principe d’incompatibilité au niveau des responsabilités dans son règlement intérieur en vue de formaliser sa prise d’écart avec le PJD. Ainsi, un responsable au sein du mouvement, quelle que soit sa position, sera interdit de cumuler cette responsabilité avec un poste dans le parti ou toute autre organisation.