Arnaqueur marocain arrêté par le FBI: les précisions des concernés

2726
Crédit: FBI

H24Info a été contacté par Mohamed El Cohen pour apporter des précisions sur l’affaire du Marocain Steven Fouad Nacim, arrêté vendredi dernier par le FBI dans le cadre d’une affaire d’arnaque de 2,8 millions de dollars.
Suite à la publication samedi dernier d’un article sur l’arrestation d’un Marocain accusé d’avoir arnaqué des entreprises américaines de 2,8 millions de dollars. Steven Fouad Nacim s’est en effet rendu vendredi dernier aux Etats-Unis, où il fait l’objet d’un mandat d’arrêt du FBI depuis 2002 pour fraude informatique, complot en vue de commettre une fraude informatique, fraude bancaire et complot en vue de commettre une fraude bancaire.
Les autorités fédérales américaines ont alors publié un communiqué, dans lequel elles annonçaient que le Marocain de 50, qui possède également la nationalité américaine, s’est ainsi rendu et a été arrêté, ajoutant qu’il attendait de comparaître devant la juge Cathy L. Waldor. Et de préciser que «les accusations contiennent seulement des allégations de conduite criminelle et que les accusés sont présumés innocents jusqu’à ce qu’ils soient déclarés coupables dans une cour de justice».
Suite à notre publication, nous avons été contactés par Mohamed El Cohen, mentionné dans l’article, pour apporter des précisions concernant l’affaire. Tout d’abord, notre interlocuteur nous a fait savoir que les informations le concernant sont fausses, et que le cas d’Abdesslem Reda El Cohen, également mentionné dans l’article n’est pas le même que celui de Nacim. «Je ne suis pas un criminel, et je ne fais ni ne ferai l’objet d’aucune inculpation», a-t-il insisté.
Par ailleurs, Steven Fouad Nacim a confié à un confrère d’Espace MRE qu’il a pris l’avion à destination des Etats-Unis de son plein gré et qu’il se trouve en totale liberté de ses mouvements, sans quoi il n’aurait pas été libre de prendre contact avec le confrère. Une vidéo de son arrivée et son accueil par ses proches aux Etats-Unis a même été partagée sur le compte Facebook de Mohamed El Cohen.
Le concerné a notamment expliqué que «le dossier a été monté en bloc par le FBI» et que c’est plutôt le service fédéral américain qui l’a «détroussé en bonne et due forme et non pas le contraire». En effet, a-t-il expliqué au journaliste d’Espace MRE, sa marchandise composée de matériel informatique a été saisie en 2002 à Algésiras par les autorités espagnoles «sur recommandations de leurs homologues américaines». L’homme aurait ainsi subi 3,5 millions de dollars de perte dans cette opération, et a entrepris depuis une longue bataille judiciaire pour obtenir justice.