Armement: le Maroc cherche des sous-marins pour sa nouvelle base atlantique

2024

Le Maroc veut diversifier son armement et souhaite bâtir une nouvelle base atlantique et l’équiper de sous-marins. Des sous-marins grecs d’occasion et des unités russes ont été proposées au royaume.

Selon elconfidencialdigital, le Maroc s’est armé de manière significative au cours de la dernière décennie tout en diversifiant son arsenal. Des chasseurs F-16 modernisés, des missiles à la pointe de la technologie, des chars de bataille Abrahams modifiés par les États-Unis, des drones Predator ou encore le satellite « contre-espionnage » Mohamed VI-A sont venu consolider l’armada des Forces armées royales (FAR). Le saut technologique que le Maroc a connu est particulièrement remarquable en ce qui concerne la Marine Royale, ajoute la même source.

La mise en service de trois corvettes (navire de guerre), une frégate française FREMM ou l’ouverture d’une base d’opérations navales sur l’Atlantique dans la ville de Ksar Sghir ont constitué une étape importante pour la Marine royale, assure elconfidencialdigital soulignant qu’il ne manque que des sous-marins pour compléter l’arsenal maritime marocain. Le royaume a entamé plusieurs pourparlers et négociations avec divers partenaires sans un réel succès jusqu’à présent, ce qui pousse Rabat à redoubler d’efforts durant les mois pour concrétiser un achat, développe la même source.

Lire aussi: Le Maroc "intéressé" par des sous-marins et des avions de chasse russes

D’après elconfidencialdigital qui tient ses informations des commandants espagnoles, le Maroc aurait intensifié la recherche de navires sous-marins principalement après les dernières démarches entreprises par son voisin, l’Algérie. En effet, l’Algérie a récemment annoncé qu’elle avait commandé l’achat de deux nouveaux sous-marins russes de la classe ‘Kilo’ de type 636M, qui s’ajouteront aux deux autres commandés en 2014 et déjà livrés. Ces sous-marins s’ajoutent aux «kilos» soviétiques que l’Algérie détient déjà mais ne servent que d’appareils de défense côtière, en raison de leurs caractéristiques et de leur ancienneté.

Parmi les options qui se proposent au Maroc, on retrouve les sous-marins russes de classe Amur. Un navire de 5e génération capable de supporter la technologie de propulsion anaérobie (AIP), qui réduit considérablement le besoin en oxygène et augmente le temps de l’immersion. Autre choix sur la table des FAR, l’achat de sous-marins d’occasion. En 2017, Grecs et Marocains ont envisagé la vente de certains des anciens sous-marins, destinés principalement à servir de «formation» aux futurs équipages afin de les préparer à des sous-marins plus modernes.