Après le Souss, de la menthe toxique dans la région de Tanger

à 19:00

Après le scandale de la menthe produite dans la région de Souss-Massa-Daraa, celle de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima représente également un danger pour la santé des consommateurs.

Dans le cadre de son plan de contrôle et de surveillance des résidus de pesticides sur la menthe mis en place en 2019, l'ONSSA qui contrôle la toxicité pour les consommateurs, a révélé la non-conformité détectée dans la région Souss-Massa-Daraa, due à l’utilisation, par les producteurs, des "produits chimiques non homologués" ou à des "taux de résidus élevés des produits homologués". Mais ce n'est pas dans cette région seulement que cette anomalie a été détectée. À Tanger-Tétouan-Al Hoceima, 7 échantillons parmi 13 prélevés au niveau du marché de gros n’obéissent pas aux normes de sécurité sanitaire, soit parce qu’ils contiennent des pesticides non autorisés ou encore parce que ces pesticides sont utilisés avec des doses présentant un grand risque pour la santé des consommateurs, cite le quotidien L'Économiste date du vendredi 31 mai.

 

Lire aussi: Onssa: la menthe de Souss-Massa Daraa est dangereuse pour la santé

 

En cas de présence de résidus dépassant les niveaux tolérés, un PV d'infraction est établi puis adressé au parquet. L'exploitation est neutralisée et la récolte est détruite. C'est d'ailleurs ce que propose le directeur régional de l’Onssa dans une note envoyée au Wali de Tanger-Tétouan-Al Hoceima. Le directeur appelle également les marchés de gros à n’accepter la présence de marchands de menthe que si ces derniers présentent des documents de conformité détaillant les résultats d’analyse.

 

Lire aussi: L’ONSSA rassure sur la qualité du thé commercialisé sur le marché national

 

Il est à noter qu'une enquête menée en 2014 auprès de 74 producteurs de menthe dans la région de la wilaya de Meknès-Tafilalt, a révélé que dans 3 régions seulement sur 7, les agriculteurs n'utilisaient pas de pesticide sur la menthe. "Dans les quatre autres régions, les producteurs recourent à 13 matières actives insecticides et deux fongicides", rapporte L'Économiste.