Amara va tenir des réunions avec les représentants de chaque catégorie des transporteurs

14
DR.

Le ministère de l’Équipement, du transport, de la logistique et de l’eau va tenir des réunions avec les représentants de chaque catégorie des professionnels du transport routier de marchandises afin d’approfondir les discussions et les enrichir par des suggestions sur les différents points inscrits à l’ordre du jour.

Cette décision a été prise suite à la réunion tenue le 5 février et présidée par le ministre de l’Équipement, du transport, de la logistique et de l’eau, Abdelkader Amara, avec les représentants des professionnels, indique un communiqué de ce département.

A l’ordre du jour des discussions figurent le tonnage, la carte professionnelle, la procédure de renouvellement du parc, le régime fiscal ainsi que le contrat- programme.

Lire aussi: Vidéo. Échange tendu entre Amara et le président du conseil régional de Tiznit

Dans ce cadre, des réunions consécutives présidées par le secrétaire général du département de l’Équipement, du transport et de la logistique, ont été tenues le 12 février avec les représentants de la catégorie des véhicules de plus de 19 tonnes, le 13 février avec les représentants des conducteurs professionnels de marchandises et de voyageurs, et le 14 février avec les représentants de la catégorie des véhicules de moins de 19 tonnes, ainsi que le 1er mars avec les représentants des deux catégories.

Ces réunions s’inscrivent dans le cadre du processus de dialogue mis en place par le ministère au profit des représentants des professionnels du secteur du transport routier de marchandises au Maroc, visant la présentation de la vision et la stratégie sur lesquelles sont basés la modernisation et le développement du secteur du transport routier, en particulier la poursuite du dialogue afin de trouver des solutions aux différentes problématiques relatives au transport routier au Maroc, poursuit le communiqué.

Elles ont donné lieu à la présentation de certaines propositions qui concernent le tonnage, la carte professionnelle, la procédure de renouvellement du parc, le régime fiscal du secteur du transport ainsi que le contrat- programme.

« Considérant l’importance de la charge pour la catégorie des transporteurs qui exploitent des véhicules de moins de 19 tonnes, le ministère s’est engagé à activer les précédentes circulaires émises en 2003, 2007 et 2010, permettant à un certain nombre de transporteurs de bénéficier de l’augmentation de la charge de leurs camions, et à la généraliser pour ceux qui n’en avaient pas bénéficier, dans le cadre des contrôles réglementaires et techniques et tenant compte de la sécurité des usagers de la route », souligne-t-on de même source.

À la suite de cette série de réunions, le ministère de l’Équipement, du transport, de la logistique et de l’eau, a signé avec les représentants des professionnels du transport routier de la catégorie de poids lourd (plus de 19 tonnes) le procès-verbal de la réunion et n’a pas pu signer avec les représentants des professionnels de la catégorie de poids léger (moins de 19 tonnes).

Exprimant sa satisfaction quant aux résultats du dialogue avec les représentants des professionnels de la catégorie de poids lourd, le ministère indique avoir diffusé le procès-verbal de la réunion insistant sur la méthodologie de transparence, en soulignant le climat positif qui a marqué les discussions et le sens de responsabilité qui a caractérisé les réunions. Il affirme qu’il procédera immédiatement à l’application des résultats dudit procès-verbal.

Lire aussi: Amara: le Maroc compte 144 grands barrages et 13 autres en cours de construction

S’agissant de la catégorie de poids léger (moins de 19 tonnes), le ministère réaffirme la poursuite du dialogue et souligne l’importance de ses propositions pour résoudre le problématique de la charge par la mise en œuvre des circulaires susmentionnées et s’étonne des appels à la grève lancée par certains professionnels.

Affirmant son ouverture à toutes les propositions positives des professionnels, le ministère attire l’attention sur le fait que l’augmentation de la charge sans contrôles techniques, réglementaires et juridiques n’est pas une solution aux problèmes rencontrés par cette catégorie, comme le pensent certains professionnels, en plus du risque qu’elle représente pour la sécurité des usagers de la route.

A cet effet, le ministère invite les professionnels à « assumer leurs responsabilités dans la réussite de ce dialogue, afin de l’incarner dans un contrat programme moderne pour le développement du secteur, où tous les transporteurs puissent exercer ce métier dans des conditions professionnelles et de concurrence loyale ».