Algérie, UA, autonomie, processus onusien… 4 choses à retenir du discours royal

A l’occasion du 43ème anniversaire de la Marche Verte, le roi Mohammed VI a adressé mardi soir un discours à la nation. Dans ce discours, le souverain a exprimé la volonté d’ouvrir un dialogue avec l’Algérie. Voici les quatre points à retenir de cette allocution:
«Le Maroc est prêt au dialogue direct avec l’Algérie»
Le roi Mohammed VI a exprimé sa volonté d’aller vers l’avant dans les relations entre les différents pays du Maghreb. Il a constaté que l’état actuel des relations entre les pays du Maghreb n’est pas à la hauteur des attentes de la génération post colonisation, qui a lutté pour l’indépendance et qui espérait une vraie cohésion maghrébine.
Pour appuyer son propos sur la fraternité maghrébine, le roi Mohammed VI a rappelé, lors de son discours de la marche verte, la conférence de Tanger en 1958 ainsi que le soutien apporté par le Maroc à la révolution algérienne. S’inspirant de ce souffle, le roi Mohammed VI a déclaré que le royaume était disposé à ouvrir un «dialogue direct et franc» avec l’Algérie. Il a proposé la création d’un mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation afin de dépasser les «différends conjoncturels» entravant le développement des relations bilatérales.
Le retour à l’Union Africaine, « le choix de la clarté et l’ambition »
Le roi Mohammed VI a expliqué, dans son discours à la nation, que le retour du Maroc à l’Union Africaine s’inscrit dans une logique de clarté et d’ambition et n’avait pas comme but de plaider la cause nationale car la plupart des Etats africains partagent la position du Maroc.
Ce retour, selon le souverain, témoigne d’une volonté de marquer la fierté d’appartenir à l’Afrique et pour adhérer à la dynamique de développement dans le Continent, sans renoncer pour autant aux droits légitimes et aux intérêts supérieurs du royaume.
Le roi s’est félicité, par la même occasion, des résolutions du dernier Sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union Africaine, tenu à Nouakchott, car elles sont en accord avec les principes internationaux. Le souverain a jugé ces positions constructives, empreinte de sagesse et de hauteur de vue et devrait en finir avec les manœuvres qui faisaient perdre à l’Afrique et à ses peuples un temps précieux.
Dépasser les blocages du «processus de Manhasset»
Le roi Mohammed VI est aussi revenu sur les processus de négociations sous l’égide de l’ONU. Le souverain a déclaré que l’ambition qui anime le Maroc se reflète dans la collaboration sincère du Maroc avec le Secrétaire général des Nations Unies et dans le soutien apporté aux efforts de son Envoyé personnel. Cette même ambition se manifeste aussi à travers les initiatives constructives du Maroc et son attention aux appels internationaux lancés pour trouver une solution politique durable.
Le roi a appelé à une nouvelle dynamique de négociations et à ce que les Nations Unies tirent les leçons des expériences du passé pour éviter les blocages et les insuffisances qui ont entaché le «Processus de Manhasset».
La régionalisation avancée pour une représentation démocratique des populations
Au niveau national, le roi a déclaré que l’état continuera à œuvrer pour mettre fin à la politique d’octroi de rentes et de privilèges, et qu’elle refusera toute forme d’extorsion prenant prétexte de l’intégrité territoriale du pays.
Pour se faire, le roi a assuré que la mise en œuvre de la régionalisation avancée contribuera à faire émerger une véritable élite politique et assurera une représentation démocratique des habitants du Sahara. Ces derniers seront en capacité d’exercer leur droit à une gestion autonome de leurs affaires locales et à un développement intégré de leur région.